Dans les usines de Malaisie

L'actualité numérique Jeudi 18 septembre 2014

Réécoute
Dans les usines de Malaisie
Ils fabriquent des pièces pour Samsung, Sony ou Apple, et vivent dans un état de quasi-esclavage: un rapport de l'ONG américaine "Vérité" s'alarme des conditions de travail d'une partie des ouvriers des usines malaisiennes.

 

Ce sont les petites mains de la florissante économie numérique. En Asie, les usines d'assemblage pullulent, et les conditions de travail des ouvriers frisent parfois l'intolérable.

L'ONG américaine Vérité - financée par le Ministère du travail des Etats-Unis - vient de publier un rapport mettant durement en cause la Malaisie, où un tiers des 350.000 salariés des usines d'électronique vivraient dans un état de quasi-esclavage.

Au moins 28% de ces salariés se retrouveraient pris dans une spirale d'asservissement, contractant des dettes impossibles à rembourser auprès des recruteurs des usines. Il s'agit principalement de travailleurs immigrés, originaires des zones les plus pauvres de l'Asie du Sud-Est (Inde, Népal, Bangladesh, Birmanie, Indonésie ou Vietnam), dont la quasi totalité se fait confisquer son passeport à l'arrivée.

L'ONG estime qu'environ 40% d'entre eux vit parqués dans de petites chambres accueillant jusqu'à huit personnes simultanément, sans autorisation de circuler. Ces usines ont notamment parmi leurs clients des poids lourds du secteur comme Sony, Samsung ou Apple...


 

Retrouvez toutes les chroniques "L'actualité numérique"

> Abonnez-vous aux podcasts : RSS et iTunes

Commentaires