Dans les couloirs du Louvre

Plan B (best of) Mercredi 05 décembre 2012

Réécoute
Dans les couloirs du Louvre
Frédéric Bonnaud reçoit Enki Bilal pour son livre Les fantômes du Louvre (Futuropolis) et pour son exposition au musée du Louvre.

Les fantômes du Louvre, un livre de Enki Bilal publié aux éditions Futuropolis.

Bilal est au Louvre, au cœur de 4000 ans de création et d’Histoire. Il s’attarde sur des œuvres emblématiques, mais pas seulement, des peintures, des sculptures, des objets et même des espaces… Il en photographie 400, sous un angle personnel, souvent décalé, inattendu. Et il en choisit 22, qu’il fait tirer sur des toiles de 50 x 60 cm. Sur ces tirages, Bilal peint à l’acrylique et au pastel… 22 fantômes.

Ce sont des femmes, des hommes, des enfants. Ils sont morts depuis longtemps, souvent de manière violente… Ils sont légionnaire romain, muse, peintre, officier allemand… Ils errent au Louvre près de l’œuvre qui les a marqués à jamais, qui a fait basculer leur vie : la Joconde, La Victoire de  Samothrace, un Christ couché, un buste égyptien, la Chambre à alcôve… Bilal les a immortalisés en personnages évanescents, comme autant d’âmes errantes. Il a subtilement joué sur le «faire apparaître» pour finir par leur donner une présence singulièrement forte. Et il relate leur vie. Des biographies, dramatiques comme il se doit, qui croisent la vérité historique, et souvent la création de l’œuvre. Des biographies complètes et précises au point de donner l’heure de naissance, le poids, la  taille, et pour certaines même les maladies infantiles. La petite enfance est passée en revue, de même que toutes les anecdotes ou événement qui s’avèreront constitutives de leur destin. Ainsi, on apprend, que c’est en se prenant les pieds dans un tapis que la petite Melencolia Hrasny, alors âgée de trois ans, est tombée dans les bras d’Albrecht Dürer, de trois ans son aîné. Ils tomberont éperdument amoureux mais Albrecht Dürer l’Ancien, le père autoritaire, aura une toute autre idée sur la question… La jeune fille portera son prénom mieux que jamais, et ce pour toujours. Nous sommes le 11 avril 1490, elle a seize ans…

Les toiles d’Enki Bilal seront présentées au Louvre, du 20 décembre 2012 au 18 mars 2013 au sein de la prestigieuse salle des Sept-Cheminées, celle qui se situe juste derrière la Victoire de Samothrace. Une exposition exceptionnelle pour un travail magistral dont la technique ne permet pas le droit à l’erreur, la première consacrée à un auteur de bande dessinée.

Commentaires