Damon Albarn voyageur solitaire

Les trouvailles de Pascal Bertin Lundi 28 avril 2014

Réécoute
Damon Albarn voyageur solitaire
Après la multiplication des projets jusqu'à plus soif, le chanteur de Blur comble enfin ses fans avec la sortie de son premier album solo, "Everyday Robots", une œuvre toute en finesse et en sensibilité qu'il n'a toutefois pas totalement accomplie en solitaire.

"Everyday Robots", c'est son nom. Ses fans l'attendaient depuis longtemps, car Damon Albarn c'est Blur, c'est aussi une pléiade de projets et de groupes mais il n'avait jamais pensé à lui. Il en ressort un Damon Albarn pour la première fois dans toute son intimité et sa fragilité, un premier événement en soi.

 

C'est en effet au moment où il a réactivé Blur pour quelques concerts dont les Eurockéennes de Belfort en 2013 que Damon Albarn choisit de se lancer en solo. Finis donc l'excitation juvénile de son groupe ou ses quêtes voyageuses avec des artistes africains lors de ses multiples périples au Mali, au Nigéria ou au Congo. Terminé le bœuf de luxe avec son pote Paul Simonon du Clash et Tony Allen dans The Good, the Bad & the Queen. Finies aussi les blagues en carton pâte de ses Gorillaz et leur hip-hop de bande dessinée qui lui (nous) auront offert de bien belles récréations dans les années 2000.

 

 

C'est à la fois dans le dénuement musical et avec une approche beaucoup plus chanson qu'il s'impose, devenant selon l'expression de ses compatriotes un véritable songwriter dans la grande lignée de la pop de son royaume. Albarn vient de fêter ses 46 ans et aborde des questionnements sur la vie, l'amour et ce thème récurrent du monde qui nous entoure, avec les nouvelles technologies qui nous transforment en robots comme l'indique le titre de l'album et la chanson du même nom, une thématique sur la solitude du monde moderne qu'illustre la chanson "Lonely Press Play".


Solo ne veut pas dire totalement solitaire puisque Damon Albarn a produit son disque à l'aide de Richard Russell , patron du label XL Records avec lequel il avait collaboré pour produire les retours de Gil Scott-Heron et Bobby Womack, deux héros soul dont on sent l'influence ça et là, avec un chœur gospel qui revient lui tenir compagnie l'espace de deux morceaux. On y croise aussi Natasha Khan alias Bat for Lashes sur un titre et le producteur Brian Eno sur deux autres.


L'album passe sans soucis l'épreuve de la scène comme l'a démontré son concert donné il y a quelques semaines pour la radio new-yorkaise WFUV dans le cadre du festival South by Southwest à Austin.

 

 

 

Damon Albarn joue le 5 mai à Paris à l'Alhambra pour un concert dont les places se sont arrachées en quelques minutes. Il revient à Lyon pour les Nuits de Fourvières le 5 juillet, le 6 au festival Beauregard à Hérouville St Clair et à Paris le 9 juillet, salle Pleyel, pour le festival Days Off. Avec au milieu une participation au festival belge de Werchter.

 

 

> Suivez Pascal Bertin sur Twitter

Toutes les chroniques Les Trouvailles de Pascal Bertin

Abonnez vous aux podcasts : RSS et iTunes

 


 

Commentaires