Crowdfundez pour le plus grand musée

La Pop au carré Lundi 13 janvier 2014

Réécoute
La junior entreprise de l'école du Louvre
Grand concours de chasse aux trésors avec élèves de l'école du Louvre à Paris, réunis en junior entreprise. Ils se lancent pour la deuxième année consécutive dans la quête et la restauration d'oeuvres d'art en danger en vue d'ouvrir sur internet le plus grand musée de France.

 

Ce Livre d'Or du XVème siècle trônera sans doute en bonne place dans le futur musée que comptent ouvrir les étudiants sur internet. Il a été découvert dans les caves de la bibliothèque diocésaine de Meaux, tout près d'un autre trésor en attente de restauration. Dans la cathédrale cette fois. Une peinture attribuée à Jacques Stella, un artiste renommé du XVIIème siècle, exposé au Louvre.

Ces oeuvres aujourd'hui en mauvais état, seront peut-être sauvées d'ici la fin de l'année, à l'issue d'une grande chasse aux trésors.

 

 

Guillaume, Lola et Léopold, étudiants de l'école du Louvre
© Corinne Pelissier

 

Les élèves de la junior entreprise de l'école du Louvre à Paris avaient réussi, comme ça, à sauver trois oeuvres complètes l'an passé via des sites de crowdfunding. Aujourd'hui ils remettent ça, avec dans leurs valises une cinquantaine de projets. Des tableaux, des sculptures, des costumes de scène, ou des livres anciens qu'ils sont allés dénicher tout près de chez eux; dans leur quartier, leur commune ou leur département.

Il y  a bien sûr l'amour de l'art, l'excitation de passer en revue tous les détails, l'aspect général de l'oeuvre, le cadre, l'usure, l'état du dessin, mais ce qui compte aussi beaucoup c'est tout le volet business du projet. Dénicher l'oeuvre ne suffit pas, il faut aussi chiffrer les travaux de restauration, trouver un mécène, presque un job à temps plein.

C'est de toute façon le principe de la junior entreprise, chaque élève au début de l'année a signé un contrat et reçu une enveloppe pour financer son projet.

 

 

Une oeuvre d'art qui n'est plus regardée a déjà disparu

Et pour y  arriver tous les moyens sont bons. Fouiller les caves, les greniers, éplucher les revues consacrées à l'art. C'est comme ça que Zoé, une étudiante de l'école, a entendu parler pour la première fois de cette Annonciation , attibruée à Jacques Stella, qui trône dans la cathédrale de Meaux. Elle aimerait bien faire restaurer cette peinture du XVIIème siècle, qui commence à présenter des singes d'usure. Elle avait rendez-vous la semaine dernière avec un restaurateur professionel en vue d'établir un devis.

 

Peinture du XVIIème attribuée à Jacques Stella © corinne Pelissier

 

Une cinquantaine de projets cette année

Sur les dizaines de propositions formulées par les élèves une cinquantaine d'oeuvres seulement ont été retenues. Toutes ne feront pas l'objet d'une restauration mais figureront sur le site du plus grand musée de france, en ligne dès aujourd'hui


 

 

Autre exemple d'oeuvre d'art à sauver. Cette tapisserie ayant appartenu à la comédienne Sarah Bernhardt. C'est dans le grenier d'une maison de retraite que Lola, étudiante à l'école du Louvre, a découvert cette pièce qui devrait faire sensation dans les prochaines semaines.

Les étudiants de la junior entreprise du Louvre, en partenariat avec la sauvegarde de l'art français ont présenté leurs projets hier soir.

 


 

 

Toutes nos chroniques Pop au Carré sont dispo en cliquant par ici.

Commentaires