Coucou... Tu veux voir ma Britpop ?

La Pop au carré Mercredi 30 avril 2014

Réécoute
Tu la sens ma Britpop ?
Incarnée par la lutte fratricide entre Blur et Oasis, la Britpop fête ses 20 ans cette année. Ce sous-genre du rock alternatif a vendu des millions d'albums dans le monde, mais rares sont les groupes qui ont marqué l'histoire de la musique.

Sa vraie date de naissance est sujette à débat, mais de l'avis général, l'acte fondateur de la Britpop correspond à la sortie du Parklife de Blur, le 25 avril 1994. Véritable condensé de tubes, le troisième album des Londoniens dégoupille la "britpopmania".

Les ados anglais se découvrent de nouvelles idoles, garants d'une attitude "sales gosses" qu'on avait un peu oubliée depuis les Sex Pistols.


Face aux gamins éduqués de Blur (Damon Albarn est né dans une famille d'artistes, a étudié le théâtre et les arts plastiques), Oasis se présente d'emblée comme le cousin prolo et mal élevé de Manchester.

Elevés par un père violent, abonnés aux petits larcins, les frères Gallagher choisissent leur nom de groupe à partir de la boisson sucrée qu'ils mélangent à leur vodka. Oasis cartonne dès le premier album : Definitely Maybe, qui sort en août 94.


Ecoulé à 150.000 exemplaires dès la première semaine, Definitely Maybe est l'album le plus rapidement vendu de l'histoire de la musique britannique. Le single Boys and Girls de Blur est le morceau le plus souvent repris en live.

Chaque semaine, les frasques des frangins Gallagher nourrissent la une des tabloïds. La presse monte en épingle la prétendue rivalité entre Blur et Oasis (une aubaine pour les maisons de disques.)

    
C'est aussi en 1994 que Pulp rencontre enfin le succès avec His 'N' Hers, neuvième meilleure vente d'album de l'année en Grande Bretagne. Jarvis Cocker peut dire merci à la Britpop, il galérait depuis la création de son groupe, en 1978.


Mais pour quelques élus, la plupart des groupes de l'époque ont raté le train de la postérité. Qui se souvient encore de Salad, combo mené par une ancienne présentatrice de MTV ? Pas vous ? On ne vous en veut pas, c'est très mauvais.

      
Il faut dire qu'à l'époque les maisons de disques roulent sur l'or, elles veulent à tout prix leur groupe de Britpop, quitte a le créer de toutes pièces. Pour Michael Hahn, rédacteur en chef musique au Guardian, la Britpop n'a pas apporté grand chose :

C'est un phénomène secondaire, car il n'y a pas eu d'importantes avancées musicales, rien de neuf. Et ce que l'histoire retient, ce sont les évolutions qui changent la pop music.



La Britpop marque le pas en 1997 avec Be Here Know, le troisième album d'Oasis, très attendu, très bien vendu (plus d'un million en deux semaines) et très raté. Restent aujourd'hui quelques pépites, des groupes qui ont bien vieilli (Blur, Pulp) et des descendants comme Arctic Monkeys, qui ont repris le flambeau mais aussi élevé le niveau.

Reportage de Franck Mathevon, correspondant du Mouv' à Londres. Texte, mise en page : Sébastien Sabiron.

 


 

Chaque jour le Mouv' met la Pop au carré, reportages à écouter par ici.

Et abonnez-vous au podcast RSS et iTunes.

Commentaires