Comment les jeux vidéo changent la vie des footballeurs

Va y avoir du sport Mardi 22 juillet 2014

Réécoute
Comment les jeux vidéo changent la vie des footballeurs
C'est fini le temps des Zidane et Anilkar et des jeux vidéo de foot pas réalistes du tout. Depuis que FIFA, PES et Football Manager sont devenus le passe-temps préféré des footballeurs, le réel et le virtuel s'influencent. Les joueurs de foot deviennent meilleurs et les clubs recrutent de manière plus judicieuse.

 

Cette semaine, une vidéo a bien plu aux internautes fans de sport. Un Danois s’est amusé à filmer un vrai match de foot à la manière du jeu vidéo FIFA. C’est très réussi : on voit les types se déplacer comme s’ils étaient contrôlés par un joystick.

 

Les choses ont bien changé. Souvenez-vous, c’était en 1999. Pourito dégage sur la tête de Lebauf qui dévie vers Karembou. Karembou transmet à Wiltordu qui passe à Zedane. Il sert Anilkar qui frappe et qui marque. But pour l’équipe de France.

 

A l’époque, le meilleur jeu vidéo de foot s’appelait ISS et c’était la misère, une galère pas possible pour obtenir le droit d’utiliser le nom des vrais joueurs de foot. Alors, Franck Leboeuf s’appelait Lebauf et Nicolas Anelka était rebaptisé Anilkar.

Quinze ans plus tard, les leaders de la simulation sportive, FIFA et PES, sont devenus de grosses machines très puissantes et les footballeurs se jettent à leurs pieds pour que leur visage apparaisse sur la jaquette des jeux.

 

 


Ibrahimovic comme Franck Underwood 

Ce qui a changé aussi, c’est que les soirées belote sont devenues ringardes dans les équipes de foot. Aujourd’hui, les joueurs sont totalement accro aux jeux vidéo. Zlatan Ibrahimovic explique qu’il passe sa vie à jouer en réseau sur sa Xbox.

Chez lui, il a aménagé une pièce spéciale, une salle de jeux vidéo, où il s’enferme pendant des heures, un peu comme Frank Underwood dans « House of Cards ».

Cette addiction peut finir par poser des problèmes : il y a quelques années, le gardien anglais David James avait expliqué qu’il avait complètement raté un match parce qu’il était mort de fatigue, à cause d’une nuit passée à jouer à Tomb Raider.

Résultat, les footballeurs sont meilleurs sur le terrain grâce à leur pratique intensive des jeux vidéo de foot. C’est ce qu’expliquent plein d’études scientifiques : les jeux vidéo qui reposent sur des prises de décision rapides améliorent les réflexes dans la vraie vie. Et quand votre boulot, c’est de dribbler ou d’arrêter des tirs, ça aide.

Et il n'y a pas que ça : autant Pong n’a pas révolutionné la vie des tennismen, autant des jeux aussi réalistes que PES ou FIFA offrent des informations précieuses aux footballeurs.

En 2009, le gardien italien Marco Amelia avait stoppé un penalty de Ronaldinho parce qu’il avait l’habitude d’affronter son avatar sur Playstation et qu’il connaissait parfaitement sa manière de tirer.  

 

Football Manager au Vatican 

Il y a aussi Football Manager, où on l’incarne un entraîneur, avec une base de données incroyable de réalisme et de précision.

Ce jeu a un succès fou chez les footballeurs. Pendant la Coupe du monde, on a vu les Français Griezmann et Cabaye scotcher dessus pendant leur trajet en avion.

L’an dernier, on avait même appris que le jeu avait été téléchargé illégalement au Vatican, c’est dire si Football Manager est devenu une religion.

Ce jeu repose sur le travail de centaines d’observateurs à travers le monde qui évaluent le potentiel des joueurs et essaient de trouver la star de demain. Souvent avec succès.

Si bien que des vrais clubs de foot l’utilisent pour leur recrutement. Les Anglais d’Everton avaient carrément signé un partenariat avec Football manager ; en 2010, Nice était allé chercher Pejcinovic, un jeune Serbe inconnu, parce qu’il avait de très bonnes notes dans le jeu.

Le clip dingue de Hot Chip 

Et puis, il y a deux ans, le président un peu taré du FC Bakou, celui qui est en train de couler le RC Lens, avait choisi comme directeur sportif un type de 21 ans juste parce qu’il connaissait super bien le foot grâce à Football Manager.

Là, ça prend des proportions folles mais globalement, le rapport entre foot et jeux vidéo est un cercle vertueux. Le réel et le virtuel s’influencent.

Pour finir : si vous avez apprécié la vidéo parodique de Fifa, vous aimerez forcément un clip de Hot Chip qui date de 2012 où on voit les footballeurs du jeu vidéo se faire assommer par des ballons géants avant de se laisser aller à une gigantesque orgie. 

 

Imanol Corcostegui


 

> Retrouvez Imanol Corcostegui sur Twitter

> Retrouvez toutes les chroniques sportives du Mouv'

> Abonnez-vous au podcast RSS et iTunes

Commentaires