Comment le jeu vidéo punit ses pirates (et les autres)

L'actualité numérique Mardi 17 septembre 2013

Réécoute
Comment le jeu vidéo punit ses pirates (et les autres)
Quand on est le jeu le plus attendu de l'année, forcément, ça suscite une légère impatience chez les joueurs. Une attitude qui ne plait pas du tout à Rockstar. Et on ne parle même pas du piratage...

 

Ca y est, vous pouvez respirer : l'embargo est levé. GTA V est sous blister, sur votre table basse, dans votre console, et vous êtes libres d'en faire ce que vous voulez. Mais avant aujourd'hui, c'était un peu plus compliqué que ça. Rockstar, l'éditeur de la franchise la plus populaire du jeu vidéo, a ouvert une enquête pour identifier tous les filous qui auraient commencer à vendre le jeu avant sa sortie officielle.

Pire, sur injonction de la boite américaine, Microsoft a banni de son Xbox Live tous les joueurs impatients qui avaient eu le malheur de partager leurs premières impressions sur Vine ou YouTube. Ca vous rappelle l'Hadopi et ses menaces de suspension de la connexion Internet ? C'est pire : il ne s'agit même pas de piratage.

Pour prendre à revers ceux qui préféreraient se servir gratuitement, les développeurs de jeux vidéo sont beaucoup plus vicieux, incorporant des glitch et autres bugs pour punir le mauvais payeur :

- Dans le FPS Crysis Warfare, le héros ne tire plus des balles avec son fusil d'assaut mais des... poulets.


- Dans GTA IV, le gamer pirate doit composer avec la "drunk camera", qui donne la furieuse impression de jouer avec la gueule de bois.


- Encore mieux, dans le jeu de plate-forme Spyro, les développeurs ont incorporé des problèmes à tiroir. Au fur et à mesure que les hackers parviennent à contourner les obstacles, de nouveaux bugs apparaissent. Il devient impossible de mettre le jeu en pause, les menus s'affichent en allemand, boss impossibles à battre...


Avouez que c'est bien plus drôle que les DRM imposés sur les disques ou les DVD. Mais le phénomène reste marginal : le jeu vidéo est le bien culturel qui résiste le mieux à la crise des secteurs de la création. Ce n'est pas pour rien que GTA V est partout présenté comme un blockbuster.

Suivez Olivier Tesquet sur Twitter

Toutes les chroniques Suivez le geek

Abonnez vous aux podcasts : RSS et iTunes 

Commentaires