CODY CHESNUTT + LAURENT GARNIER

Rodéo sur Le Mouv' Jeudi 25 octobre 2012

Réécoute
Dernières diffusions
07/01/14 Newcomers
06/01/14 Black Yaya
CODY CHESNUTT + LAURENT GARNIER
Rodéo déroule le tapis rouge à Cody ChesnuTT, avec une session grand format pour un artiste qui plait particulièrement à Laurent Garnier, notre special guest aujourd'hui pour ses 25 ans de carrière. Un Rodéo all star !

 

Cody ChesnuTT est l'artiste coup de coeur de Laurent Garnier. A (ré)écouter et à revoir en vidéos.

Everybody's Brother

 

Till I Meet Thee

 

Love is more than a wedding day

 

What kind of cool (Will we think of next)

 

Under the spell of the handout

 

 

Une boîte à rythme, un bazar d’instruments divers, un magnéto quatre pistes poussiéreux et un énorme casque.

En 2002, à la sortie de son premier album, l’original et lo-fi The Headphone Masterpiece, le milieu avait unanimement salué l’avènement d’une nouvelle personnalité musicale passionnante : Cody ChestnuTT, troubadour de la musique soul dont les réflexions honnêtes et teintées de conscience sociale continuent à bousculer les clichés sur l’image et le son de la soul moderne. Guitare à la main, mâchouillant un cure-dent, sourire ironique aux lèvres, c’est un conteur populaire à l’émotion brute, un soul brother candide et génial aux accoutrements bizarres, qui chante les embrouilles sentimentales du pays des anges déchus, Lost (sic !) Angeles. Rien n’a changé - il a mûri mais une certaine licence poétique court toujours à fleur de texte et de peau comme autant de balafres. L’artiste originaire d’Atlanta n’a jamais dévié de sa démarche créatrice depuis l’enregistrement de The Headphone Masterpiece, enfermé dans sa chambre avec pour tout équipement sa panoplie perso du petit preneur de son : une boîte à rythme, un bazar d’instruments divers, un magnéto quatre pistes poussiéreux et un énorme casque pour se couper du monde. Il en était sorti un recueil de 36 chansons brut de brut, quintessence de son amour de différents styles musicaux : rock classique, R&B, pop, punk et gospel. 

The Roots, Dave Chappelle, Michel Gondry

Pendant les dix années précédentes, Cody avait d’abord prospecté la scène R&B d’Atlanta au début des années 1990, avant de galérer avec son groupe de Los Angeles, The Crosswalk. Les heures passées en reclus dans sa chambre, à la recherche de nouvelles sonorités, finirent par payer en 2002 avec la sortie de The Headphone Masterpiece.

Le disque plut immédiatement  aux leaders d'opinion comme la très influente journaliste  Dream Hampton (The Source, Vibe)  ou Questlove, le batteur de The Roots. Ils trouvaient chez Cody l’intensité émotionnelle et l’impertinence langagière qui faisaient si cruellement défaut dans la musique afro-américaine du début des années 2000, marquée par l’enlisement du mouvement néo-soul dans les contradictions de ses plus grands représentants.

La reprise d’un de ses titres (« The Seed 2.0 ») sur l’album phare des Roots "Phrenology", exposa la musique de Cody à un plus large public. En 2003, la chanson fut nominée pour deux statuettes moonman aux MTV Video Music Awards. La même année, l’album de Cody fut nominé au prestigieux Shortlist Music Prize. Sa fougueuse prestation dans Dave Chappelle’s Block Party contribua à accroître sa réputation d’artiste passionnant à l’audacieuse démarche trans-musicale. Le film était réalisé par Michel Gondry, tellement fan de Cody qu'il s'occupa de son époustouflante vidéo de « King of the Game », tiré d’un projet en solo de 2006, intitulé « The Live Release ».

Le micro d'Al Green

Avec Landing On A Hundred, son second LP, Cody revient à la musique après une période de réflexion, loin des projecteurs, en famille. Une retraite bénéfique après son ascension fulgurante vers la gloire. Le titre de l’album fait référence à l’expression populaire qui signifie « dire toute la vérité » (« Keeping It One Hundred »). Pour tous les amoureux de la vraie musique soul du Sud, ce nouvel album est un must. Cody l’a enregistré avec un groupe de 10 musiciens à Memphis, dans les locaux de Royal Studios qui ont vu naître quelques uns des plus grands chefs-d’œuvre de maîtres de la soul et du blues comme Al Green, Buddy Guy et Ike & Tina Turner. « Les originaux ont été montés sur bandes magnétiques de 2 pouces », explique le chanteur. « J’avais les mains qui tremblaient quand j’ai pris le micro avec lequel Al Green lui-même avait enregistré. Rien n’a changé. Les traitements acoustiques bricolo de l’époque sont toujours là. »

Landing On A Hundred aborde des thèmes adultes : un homme sur le chemin de la rédemption après des années de drague et de drogue ; la force et l’intensité de l’amour conjugal dont la flamme douce et durable brille plus fort que tous les témoignages d’affection purement matériels. L’honnêteté, tel est le maître-mot des chansons de Cody : présente même au creux des pensées les plus sombres, elle peut aider à refermer de vieilles blessures si la musique est bonne. Elle jaillit de la bouche et de la guitare de Cody dont la voix puissante, chaude et sensible captive l’auditeur et l’entraîne vers ses propres sommets.

Source : Polydor

 

Commentaires