Climat: dans les champs, on innove

le Reportage de la Rédaction Mardi 25 mars 2014

Réécoute
Dernières diffusions
Climat: l'agriculture innove pour s'adapter
Cette semaine au Japon, les 300 experts mondiaux du GIEC planchent sur un nouveau rapport alarmiste. Alors qu'ils devraient annoncer une baisse dangereuse des rendements agricoles (jusqu'à moins 2% par décennie), le Mouv se demande comment on adapte les céréales pour limiter les dégâts.

 

Pour l'instant, c'est un vaste chantier. Mais l'année prochaine, à Ouzouer-le-Marché, près d'Orléans, des cultures de céréales seront plantées à côté de ces grandes serres. A la première goutte de pluie, ces huit toits roulants pourront se déplacer. En cas de sécheresse prolongée, ils arroseront les cultures. Objectif: maîtriser totalement l'apport en eau, simuler la sécheresse. Et décortiquer la réaction des plantes en fonction de ces contraintes, grâce à des capteurs qui se déplacent au dessus de la végétation.

 

Christophe Régnier, céréalier optimiste

 

Si les rendements plafonnent, on aura des problèmes pour alimenter les marchés. Mais je pense que la recherche va trouver des solutions. Ce n'est que le début.  


 

Ici, c'est la Beauce. Pas la première région touchée par la sécheresse (en PACA, les rendements vont déjà du simple au double en fonction des années) mais une zone intermédiaire où on produit beaucoup et des cultures variées. Les céréaliers, comme Christophe Regnier, irriguent de plus en plus souvent, même s'ils savent que les ressources en eau sont limitées. Et ils comptent bien sur la recherche pour leur permettre de continuer à produire plus.

 

Une phénomobile, ça ressemble à ça

 

Ce projet fait partie d'un réseau français appelé "Phénome" (c'est l'ensemble des caractéristiques de la plante). Coordonnés par l'Inra, ces programmes de recherche ont reçu 24M€ de financement dans le cadre des Investissements d'avenir. A Montpellier, Dijon, ou encore Clermont-Ferrand, on observe les conséquences sur les plantes du manque d'eau, de la chaleur ou de l'augmentation du CO2. Et c'est parfois un robot appelé "Phénomobile" qui permet de décortiquer les réactions des végétaux.

 

Adapter l'agriculture au climat, on n'a pas vraiment le choix. Ce qui n'empêche pas de lutter contre le réchauffement. Piqüre de rappel : 

 

L'agriculture aujourd'hui, on en a parlé ici sur lemouv.fr. Et pour parler politique et climat, ça se passe .

Reportage : Marie Blondiau

Photos: Yann Flodrops, K. Beauchêne (ARVALIS-Institut du végétal) et Marie Blondiau. 

 



Les choix actu du Mouv', c'est tous les jours dans le Reportage de la Rédaction.

Et abonnez-vous au podcast RSS et iTunes.

Commentaires