Chère Fleur Pellerin

Rien à voir Mercredi 29 octobre 2014

Réécoute
Chère Fleur Pellerin
La ministre de la culture confesse avoir peu le temps de lire. Et c'est tout son droit.

 

Dimanche dernier, sur le plateau du "Supplément" de Canal +, Fleur Pellerin, la ministre de la Culture avouait être incapable de citer le titre d'un livre de Patrick Modiano, récent prix Nobel de littérature. Elle confessait également n'avoir pas eu le temps de lire de romans pendant deux ans.

Commentaires

Chacun y est évidemment allé de son petit commentaire: les plus timorés trouvant cela triste, scandaleux, ou honteux pour la France.

D'autres, plus véhéments et avec un sens certain de la mesure, sont allés jusqu'à réclamer sa démission. J'ai compté sur les internets: 96 articles ont été publiés sur cette seule affaire. Parmi lesquels, un papier du Plus du Nouvel Obs dans lequel l'auteur déplore le fait que Fleur Pellerin n'est pas une penseuse de la Culture. Le Plus, c'est bien ce site qui, cette même semaine, a publié un article sobrement intitulé Le poum poum short en 2001 c'était moi, un article rédigé par ce penseur de la culture qu'est Daddy Nuttea.

 

Admettons néanmoins que Fleur Pellerin n'est pas une penseuse de la Culture. Il y a deux trois trucs qui m'échappent. Il me semble, mais je peux me tromper, qu'une ministre de la Culture est payée pour gérer le budget du ministère, pas pour lire Les Rougon-Macquart à la terrasse du Flore.  

Il me semble aussi qu'on a jamais demandé à Axelle Lemaire, secrétaire d'Etat chargée du Numérique, de réparer un bourrage papier ni a George-Pau Langevin, ministre des Outre-mer de connaître les mensurations de Miss Wallis et Futuna.

Roland Barthesse

On peut aussi, je crois, accorder à la ministre le mérite de l'honnêteté. D'autres avant elles, Frédéric Lefebvre et Nicolas Sarkozy, pour ne pas les citer, avaient essayé de nous feinter en vantant les mérites de "Zadig et Voltaire" et de "Roland Barthesse".

 

Mais j'ai surtout été surprise de découvrir que la France, pays où rappelons-le, Joséphine, ange gardien peut rassembler jusqu'à 6 millions de telespectateurs, pays où "Z" le basset mascotte du magazine télé "Télé Z" compte 85 000 fans sur Facebook, pays qui a inoculé David Guetta et Jean Dujardin au reste du monde, que ce soit ce même pays qui subitement place la littérature de qualité tout en haut de son échelle de valeur et au coeur de son patrimoine culturel.

Monstre hybride né de l'accouplement entre le groupe Kyo et une étudiante en arts plastiques

Dans l'absolu, je veux même bien croire que les Français, en tout cas, ceux qui se sont indignés, passent plus de temps a lire des alexandrins qu'a se gratter les couilles devant Turbo de Dominique Chapatte. Mais pour vérifier quand même la qualité et la vigueur de la littérature française, j'ai vérifié quelles étaient les récentes publications.

On peut noter déjà la parution de la biographie de Damien Saez. Car biographie de Damien Saez il y a. Ca s'appelle A corps et a cris et c'est rédigé par un certain Romain Lejeune. Alors, pour mémoire Damien Saez, c'est ce chanteur français des années 2000, sorte de monstre hybride né de l'accouplement entre le groupe Kyo et une étudiante en arts plastiques. Mais Damien Saez c'était surtout ça

 

C'était en 2002, au lendemain de l'élection présidentielle, Damien Saez appelait la jeunesse de France à s'ériger contre la montée du Front national. Autant dire à la lumière des dernières élections que ça a bien marché comme message. En attendant la biographie en question est disponible sur le site des "éditions braquage" crées pour l'occasion. Et le teaser annonce ceci "entre anecdotes, voyages et confidences, ce livre dévoile les 1000 visages d'un artiste secret". Pourquoi pas après tout. Mais vous verrez qu'un jour, la littérature française va nous gratifier de Dingue dingue dingue dingue, la biographie de Daddy Nuttea aux éditions Terter.

Je pourrais également vous dire que l'édition française nous gratifie également ce mois-ci de l'autobiographie de Jean Benguigui qui va paraître aux editions Fayard, La Femme Parfaite est une connasse 2, le retour aux très mal nommées éditions "J'ai lu"  ou encore Hexagone illustré, la version illustrée du livre de cet autre penseur de la culture qu'est Lorant Deutsch.

Je ne juge personne, on a parfaitement le droit de lire la biographie de Damien Saez, de Jean Benguigui, La femme parfaite est une connasse et même Lora... Non, pas Lorant Deutsch quand même. En fait, on a le droit de lire ce qu'on veut, même de la merde.

Et vous savez quoi ? On a même le droit de ne pas lire du tout.


> Retrouvez toutes les chroniques Rien à voir

> Abonnez-vous au podcast, RSS et iTunes

> Illustration :


Paternité Certains droits réservés par LeWeb13

Commentaires