Chaud, Kakao

L'actualité numérique Mardi 14 octobre 2014

Réécoute
Chaud, Kakao
Les dirigeants de l'appli de messagerie sud-coréenne Kakao Talk ont annoncé leur décision de ne plus collaborer avec le gouvernement, et donc de refuser toute demande d'info sur leurs utilisateurs.

 

C'est ce qu'on appelle un revirement à 180°. La direction de l'application de messagerie instantanée sud-coréenne Kakao Talk vient d'annoncer qu'elle avait cessé de collaborer avec le gouvernement local, et qu'elle ne donnait plus suite à ses demandes de renseignement sur ses usagers. Revirement, parce qu'il y a quelques semaines, l'entreprise avait annoncé à peu près l'inverse. Résultat: les utilisateurs avaient quitté Kakao Talk en masse, téléchargeant des applis étrangères.

 

 

Il faut dire que l'ambiance sur les réseaux n'est pas excellente en Corée du Sud. Agacée par les critiques qu'elle subit, la présidente Park Geun-Hye a annoncé que désormais les "rumeurs" sur sa personne tomberaient sous le coup de la loi, même si elles sont échangées sous forme de messages privés. D'où le micmac autour de Kakao Talk, qui, avec 100 millions d'utilisateurs revendiqués, est en première ligne de ce dossier brûlant. Sa récente prise de position risque de lui coûter cher. Peut être pas autant que le fait de perdre l'ensemble de ses usagers, cela dit.


 

Retrouvez toutes les chroniques "L'actualité numérique"

> Abonnez-vous aux podcasts : RSS et iTunes

Commentaires