Chantons la Brabançonne !

L'Actu au Karcher Vendredi 19 juillet 2013

Réécoute
Dernières diffusions
Chantons la Brabançonne !
Dimanche, c'est la fête nationale belge et pour l'occas', allons vérifier si les Belges sont aussi drôles qu'on le pense. Vous connaissez les paroles de la Brabançonne, l'hymne belge ? Non ? Eh bien les ministres belges non plus.

 

Une fois n'est pas coutume, allons passer au karcher l'actu de nos voisins. Et premier constat : les jeunes Belges trouvent leur inspiration dans le passage de flambeau entre Albert et Philippe.

 

On connaissait Jacques Brel, on entend beaucoup Stromae, et visiblement la relève est assurée. Gros buzz en Belgique, cette chanson d’étudiants flamants, d’où le français du jeune homme un peu hésitant, qui se moque du prince Philippe qui va enfin accéder au trône de papa Albert dimanche.

Enfin petit Philippe va devenir grand…

Ce qui rappelle aux jeunes Belges une autre histoire, tout aussi belle, tout aussi émouvante.

Beaucoup de patriotisme, donc. Et qui dit patriotique dit symboles d’un pays : nous on a la Marseillaise, que chaque Français connaît bien évidemment par cœur, l’œil humide et la voix qui tremblote ; en Belgique, eux, ils ont la brabançonne. Très bel hymne, s'il en est.

Et puisque visiblement la Belgique est enveloppée dans un drap nationaliste depuis quelques semaines, un journaliste a voulu tester les connaissances patriotiques des ministres. Il leur a demandé s’ils connaissaient les paroles de la Brabançonne. Et non seulement personne ne l’a chanté, mais en plus, certains n'en voient pas franchement l'intérêt.

Eh ben c’est pas en France, où les gens s’excitent parce que le compagnon d’une ministre dit qu’il est content de ne pas assister au défilé militaire du 14 juillet, que ça se passerait comme ça. Imagine Christiane Taubira ou Pierre Moscovici qui te sortent que non, ils ne connaissent pas la Marseillaise et que de toute façon, ça n’a aucun intérêt.

Tiens, en parlant de la Marseillaise, ce genre de question posée par les journalistes belges fait écho à une autre du même style, en 2007… à l’époque, c’est Yves Leterme, futur premier ministre du pays, qui se fait piéger, et quand on lui demande s’il connaît la brabançonne, ça n’a pas l’air très clair dans son esprit : 

 

Euh... Non Monsieur, ça, c’est la Marseillaise.

Et s’il te plaît, Jean-Marc Ayrault, si tu veux qu’on se déride un peu, qu’on parle d’autre chose que de la crise, chante-nous un jour l’hymne allemand au lieu de la Marseillaise.

Allez steuplait.

 

Elodie Font

Abonnez-vous au podcast de l'Actu au Karcher > RSS iTunes 

Commentaires