"Chante ton bac d'abord", un documentaire social et musical

le Reportage de la Rédaction Mercredi 22 octobre 2014

Réécoute
Dernières diffusions
"Chante ton bac d'abord", un documentaire social et musical
Pendant un an, le réalisateur David André a suivi une bande de copains, élèves en Terminale au lycée Mariette de Boulogne-sur-Mer. Ils sont issus des classes moyennes et ouvrières. Un joli tableau, reflet d’une jeunesse tiraillée.

Et si on réalisait un documentaire musical ?


 

Tout est parti d'une blague. Pari tenu et pari réussi pour le réalisateur David André ! Pendant un an, il a suivi et filmé cinq jeunes de 17 ans, pendant leur année de Terminale au lycée Mariette, à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais). Gaëlle, Alex, Caroline, Rachel et Nico sont issus des classes moyennes et ouvrières. Leurs parents veulent les pousser à avoir leur Bac. Eux veulent simplement profiter du temps présent.

Dans un monde où tout déchante, ils chantent

Les cinq copains entament la Terminale, confrontés au doute et à l'angoisse, dans une ville frappée par la crise économique. Alors quand le réalisateur leur arrache l'autorisation de les filmer au quotidien durant cette fameuse année du bac, il n'ose pas d'emblée leur avouer qu'ils devront aussi le chanter.

Finalement, c'est ensemble qu'ils ont fini par composer 11 morceaux, 11 textes poétiques. Le résultat est étonnant. Les lycéens (pas comédiens !) racontent leurs joies, leurs peines, leurs rêves et leurs crainte. David André n'a pas fait de casting. Tout cela tient du miracle. Avec une interpellation:  

Et vous, vous rêviez de quoi à 17 ans?


Ni clichés, ni morale

Le film réussit un regard croisé entre deux générations : ados et parents. On suit notamment les doutes du père de Gaëlle, qui travaille sur le port de Boulogne. « Je ne peux pas la laisser rêver », souffle-t-il au début du documentaire. « Oui ça a changé nos relations, notre façon de communiquer », confie Nicolas. « Au début du tournage on ne voulait pas se mettre en avant, poursuit sa mère, et puis on a marché. »

La Ville de Boulogne-sur-Mer est constamment en filigrane, la crise économique est visible, mais jamais mise en avant. Ce n'est pas une étude sociologique, mais un simple tableau, une histoire à prendre comme telle. Certains, toutefois, s'y reconnaitront.

Aujourd'hui, Gaëlle, Alex, Caroline, Rachel et Nico commencent à tracer leur route. Le film ne montre pas que tout est possible mais que rien n'est impossible.

 


 

Les choix actu du Mouv', c'est tous les jours dans le Reportage de la Rédaction

Et abonnez-vous au podcast RSS et iTunes

Commentaires