C'est un bug qui tamponne les visas pour le Canada

L'actualité numérique Vendredi 07 février 2014

Réécoute
C'est un bug qui tamponne les visas pour le Canada
La ruée vers les PVT pour le Canada s'est transformé en un gigantesque fiasco, le serveur de l'Ambassade ayant planté, laissant plusieurs dizaines de milliers de Français désespérés.

 

Le hashtag officiel du suicide ce samedi 1er février était #pvtcanada. Sur Twitter, les postulants au PVT (Permis de Travail-Vacances), un visa de un an pour les jeunes Français au Canada, racontaient, très énervés, comment leur rêve s’était brisé à cause d’un crash informatique du serveur de l’ambassade du Canada.

Le serveur n’est pas le seul en cause. 40.000 personnes se sont connectés en même temps pour obtenir un des 2.250 visas mis en jeu ce jour-là. La règle de l’immigration canadienne était très simple: premier arrivé, premier servi.

2.250 chanceux : qui sont-ils ? quels sont leurs réseaux ?

Selon les instructions de l’ambassade du Canada, il fallait être devant son ordinateur connecté sur le site l’ambassade, et recharger à 16h précises la page pour voir apparaître le fameux PVT. 40.000 personnes qui rechargent frénétiquement leur page, forcément, le serveur a crashé au bout de deux minutes, et plusieurs dizaines de milliers de personnes ont été déconnectés du site. Impossible de se reconnecter. Une éclaircie sur le serveur a permis à quelques chanceux de s’inscrire entre 16h47 et 16h52. Et puis plus rien.

2.250 chanceux sont passés entre les gouttes de ce crash informatique. Qui sont-ils ? Quels sont leurs réseaux ? Quel est leur navigateur Internet ? Quelle est la puissance de leur connexion Internet ? Autant de questions qui resteront sans réponse. La machine, souveraine, a fait son choix.

Comme le concert de Beyoncé à Bercy

Les queues sur Internet ont cette spécificité qu’il ne sert à rien d’arriver le premier. On ne peut pas planter sa tente devant l’Apple Store comme à la sortie d’un nouvel iPhone. Il faut juste être là au bon moment et trouver, par miracle, le bon tuyau pour que sa machine communique avec la machine centrale.

Le succès de ce PVT Canada interpelle. En 2007, il avait fallu 172 jours pour écluser les 3.000 visas proposés. En 2010, les 7.000 visas étaient partis en 83 jours. Cette année, le Canada a rempli ses quotas d’immigration en deux minutes. Comme le concert de Beyoncé à Bercy.

Il reste toutefois une deuxième et troisième chance pour les candidats éconduits: deux nouvelles tranches de 2.250 visas seront ouvertes dans les prochaines semaines. Mais on peut parier que les serveurs crasheront de la même manière.

Le pure-player du PVT

Si c’est l’informatique qui a dû trancher ce problème de visas, c’est peut-être aussi parce que c’est l’informatique qui a créé cette demande incroyable. L’inflation des demandes de visas pour le Canada ressemble en tout point à un buzz. Peut-être y fait-on les plus beaux Instagram, les statuts Facebook les plus alléchants.

Il y a un facteur qu’on ne peut exclure dans ce succès, c’est le site PVTistes.net. Obtenir un visa est une démarche administrative, et comme toute démarche administrative, personne n’y comprend rien. PVTistes.net est un pure-player du PVT, un site qui ne parle que de ça, et qui le fait formidablement bien. Tous les jours ou presque, un nouveau tuto pour nous expliquer comment être prêt le jour J. Squattant les premières places sur Google sur “PVT Canada”, le site est devenu incontournable pour la grande majorité des candidats au PVT.

Résultat : il était impossible d’être mal informé sur la procédure. Obtenir son PVT devient un game comme un autre où on se prépare comme un sportif de haut-niveau. Les candidats étaient sur-informés par PVTistes.net, avec une liste de recommandations délirantes pour le jour J : format informatique recommandé pour le CV, navigateur Internet préconisé, mise en garde sur les caractères spéciaux, qualité du scan du passeport, format de l’adresse postale…

PVTistes.net possède aussi un forum très actif, où les candidats se soutiennent, et se donnent, s’il est encore possible d’en trouver, d’autres conseils pour obtenir le PVT. Ils forment ainsi une communauté paradoxale, soudée mais en concurrence: plus ils se donnent de conseils, moins ils ont de chance d’obtenir leur visa.

Le fantasme d’une information parfaitement transparente

Internet assure un haut niveau de connaissance à un maximum de personnes. Ce qui est une forme de justice : tout le monde peut être parfaitement à jour sur la procédure, sans avoir besoin de connaître quelqu’un à l’ambassade du Canada.

À l’heure dite, 40.000 personnes avaient réglé leurs ordinateurs au millimètre en enlevant les cookies, en prenant le bon navigateur, en faisant attention aux accents, et en se branchant sur l’horloge nucléaire pour rafraîchir sa page pile à la bonne minute.

Le site PVTistes réalise le fantasme d’une information parfaitement transparente, accessible à chaque citoyen, une sorte d’open-data où tout le monde a les mêmes infos que son voisin. Il n’y a plus de passe-droit. Mais quand les places sont limitées, il faut bien un passe-droit, une manière arbitraire de choisir, et c’est donc le serveur qui a joué le rôle de juge en dernier ressort.

Une nouvelle forme de démocratie informatique. Qui ne crée que des mécontents.

Retrouvez Vincent Glad sur Twitter

Photo: Alex Indigo / Flickr CC licence by

Commentaires