Brésil : violences à six mois du Mondial

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Mercredi 11 décembre 2013

Réécoute
Brésil : tension maximale à six mois du Mondial
Une bataille rangée entre supporters dans un stade, des vols à l'arrachée sur les plages... Ces derniers jours, le Brésil a connu des violences retentissantes. A quelques mois de la Coupe du Monde du Football et des Jeux Olympiques, ça fait mauvais genre.


Rio est-elle toujours dans le Top 10 des villes les plus dangereuses ? L'enquête d'Elodie Touchard en cliquant ci-dessus.

Dimanche dernier, le 8 décembre à Joinville au sud ouest du Brésil. Le club de Vasco de Gama affronte l'Atletico Paranaense. Une bagarre éclate dans les tribunes. Bilan : 3 personnes dans le coma et des dizaines de blessés.

Violences à Joinville © HQFootball

Si le hooliganisme reste un vrai problème au Brésil, cet épisode a peu de risques de se reproduire pendant la Coupe du Monde. Quasiment aucun policier n'était présent dans le stade, moins d'une centaine de stadiers dépassés, un chiffre que la FIFA prévoit de multiplier par 100 pendant le Mondial 2014.

N'empêche, dans ce pays futur hôte de la Coupe du Monde et des J.O (en 2016), chaque incident provoque un écho médiatique important dans le monde entier. A Rio ces dernières semaines, un phénomène disparu depuis sept ans a refait surface : des vols à l'arrachée commis par des dizaines de jeunes qui déferlent sur la plage d'Ipanema.  

Ipanema : sable blanc et vols collectifs (cc) over_kind_man

  
Depuis, la police a renforcé ses effectifs et qualifie le phénomène de "ponctuel". Le sociologue Ignacio Cano, spécialiste de la violence à Rio relativise les risques pour les touristes :

Les touristes n'ont jamais été la cible principale des violences, elles s'exercent contre les jeunes des périphéries, les habitants des favelas... Et pendant les événements sportifs il y aura un dispositif policier très important dans les zones touristiques. Donc oui, il y aura quelques vols, mais ce ne sera pas un risque sérieux d'insécurité pour les visiteurs.


  
Suffisant pour rassurer les futurs supporters ? Pas sûr. Les chiffres de la violence au Brésil restent allarmants : 50 000 homicides par an dont 5000 dans l’état de Rio. un record mondial.

Reportage signé Elodie Touchard, correspondante du Mouv' à Rio de Janeiro.
Illustration de couverture (cc) Frank Kehren

Commentaires