Breaking bad à Pyongyang

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Lundi 23 septembre 2013

Réécoute
Breaking bad à Pyongyang
Si Walter White s'installait en Corée du Nord, il aurait du pain sur la planche. La moitié des adultes seraient accros à la méthamphétamine, cette drogue qui rend joyeux et fait fondre les dents. Une substance produite par le gouvernement nord-coréen lui même dans les années 90. Merci Kim Jong Il !


On se doutait bien que Kim Jung Un prenait de la drogue. Cliquez ci-dessus pour en avoir la preuve.

Dans Breaking Bad, on dit "crystal meth", les cristaux sont bleus et produits en masse par un ex-prof de chimie cancéreux. En Corée du Nord on dit "glace", les cristaux sont transparents et produits en masse par le gouvernement il y a une vingtaine d'années.

Jesse Pinkman (Aaron Paul) de Breaking Bad vous présente ses "Blue meth donuts" © Rebel Donut
 

C'est la publication universitaire North Korean Review qui a mis en évidence ce phénomène de défonce collective dans le pays le plus fermé du monde. A l’origine, la meth' était destinée au marché chinois, un moyen pour le régime nord coréen d'obtenir des devises étrangères. Quand les labos officiels ont fermé, les chimistes qui y travaillaient ont continué de "cuisiner" dans des ateliers clandestins.

Image : crystalmethaddiction.org

 
Au départ consommée par des cols blancs, la "glace" se démocratise depuis 2007, au point que la moitié des adultes nord-coréens seraient aujourd'hui consommateurs. Pire : dans ce pays ou le système de santé est en panne, la meth est considérée comme un médicament et parfois administrée aux enfants. Si les parents connaissaient les effets secondaires, il s'abstiendraient.

Eloignez les enfants de l'écran, puis cliquez en haut à droite pour voir les images en grand.

Vendue l'équivalent de 5 à 10 kg de riz pour une dizaine de doses, la méthamphétamine est aujourd'hui accessible à quasiment toutes les classes de la population nord coréenne, laissant craindre une crise sanitaire majeure et une contagion à la Corée du Sud en cas de réunification.

Reportage signé Frédéric Ojardias, correspondant du Mouv' à Séoul.

Commentaires