Bolivie, au boulot dès dix ans

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Mardi 02 septembre 2014

Réécoute
Bolivie, au boulot dès dix ans
La Bolivie vient d'abaisser l'âge légal du travail à dix ans, un bon moyen pour les enfants "d'acquérir une conscience sociale" selon le président bolivien Evo Morales. Une première mondiale pour ce pays, l'un des plus pauvres d'Amérique du Sud. Un mineur sur trois est au travail.

La Paz, à 3.600 mètres d'altitude. Sur l'avenue du Prado, en plein centre ville, on croise Isabel, 11 ans, qui cire les chaussures des passants pour 20 centimes d'euro la paire :

Ma mère ne travaille pas, mon père est cireur de chaussures et ne gagne pas assez d’argent. J’ai donc décidé de travailler pour aider mon père à m’acheter les fournitures scolaires, pour que ma mère puisse acheter de quoi cuisiner, et aussi pour mes vêtements.


Des "limpiabotas", jeunes cireurs de chaussures boliviens / CC Flickr Señor Hans


Comme Isabel, 850.000 enfants et adolescents travaillent en Bolivie, pour une population d'à peine 10 millions d'habitants. Désormais, ils peuvent bosser dès 10 ans, avec quelques garanties, comme l’obtention du même salaire minimum que les adultes, soit environ 150 euros mensuels.

Mettre fin à l'hypocrisie

L'abaissement de l'âge légal du travail est inscrit dans le nouveau Code de l’Enfant et de l’Adolescent, promulgué en juillet sous l'impulsion du président Evo Morales. Une revendication portée par les jeunes travailleurs eux même, à travers le Syndicat bolivien des enfants travailleurs.

Yaguar Mamani est leader syndical. Il a 10 ans :

14 ans c’était trop vieux, les plus jeunes ne pouvaient pas travailler. C’est comme moi, je n’étais pas protégé avant, mais désormais je peux travailler tranquillement. Si je travaille, c’est que je veux être utile à ma famille, je veux être quelqu’un.


 

Pour le parti au pouvoir (les socialistes du MAS), cette décision met fin à l'hypocrisie (de nombreux pays sud américains et même parfois les États-Unis font travailler des enfants) et dote le travail infantile d'un vrai cadre légal. En Bolivie, 87% des enfants travailleurs sont affectés à des tâches dangereuses et/ou pénibles (mine, récolte de canne à sucre...)

Des mineurs (adultes) dans les mines de Cerro Rico / CC Flickr urbisnauta


Si le gouvernement promet d'éradiquer les causes du travail infantile d'ici à 2020, les associations sont moyennement convaincues, à l'image de Marcelo Claros, des services de défense de l’enfance et de l’adolescence à La Paz.

Nous incitons des enfants de 10 ans à considérer parmi leurs options le fait de générer des revenus, et nous nous dirigeons vers une augmentation de la désertion scolaire. Demain, nous allons nous retrouver avec toute une génération adulte moins diplômée, et avec des enfants qui auront changé leur mentalité pour celle d’un adulte.

Courage politique ou aveu d'impuissance, la Bolivie s’engage sur un chemin de traverse. Et prend le risque de revêtir le bonnet d’âne international en matière la protection de l’enfance.

Reportage de Reza Nourmamode / Edition : Sébastien Sabiron.

Image d'illustration : CC Flickr theglobalpanorama

 


 

Parce qu'il y a toujours un Vera Cruz à l'autre bout du monde, retrouvez l'ensemble de nos reportages en cliquant par  !

Et abonnez-vous au podcast, RRS et iTunes.

Commentaires