BIRMANIE, UN NOUVEAU RWANDA ?

le Reportage de la Rédaction Mercredi 17 juillet 2013

Réécoute
Dernières diffusions
[title]
Alors que le président Birman, Thein Shein est en visite officielle à Paris, jusqu'à demain, les associations lancent un cri d’alerte. Une manifestation est prévue à 13h, place de la République.

 

La Birmanie est-elle entrain de devenir le nouveau Rwanda ? C'est la question posée par plusieurs associations françaises, alors que le président birman Thein Shein doit s'entretenir, cet après midi, avec François Hollande à l'Elysée. Si depuis 2 ans la Birmanie donne des signes d'ouverture démocratique, la minorité musulmane des Rohingas reste pourtant « la minorité la plus persécuté au monde », selon l'ONU. Et la situation ne fait que s'empirer.

« Une prison à ciel ouvert »

En Birmanie, 800 000 Rohingas vivent enfermés, à l'écart, dans l'Etat d'Arakan, au Nord Ouest du pays. Ils n'ont pas de papiers, ne peuvent pas sortir de leur village, n'ont pas le droit de se marier, ni d'avoir plus de 2 enfants. Maung Hla Aung est Rohinga. Il a fuit la Birmanie dans les années 90, après avoir crée le partie démocratique pour les droits humains, dont il est le président en exil. Et pour lui : « la vie en Birmanie, c'est une prison à ciel ouvert ».

« Une situation d'apartheid », dénonce Sophie Ancel. Journaliste, elle a longtemps vécu en Birmanie, et elle raconte dans sa BD reportage « Lune birmane », le massacre des musulmans Rohingas. « Un massacre d'Etat orchestré par le gouvernement et relayé par les bouddhistes extrémistes de l'état d'Arakan », selon elle.

Viol arrestation meurtre arbitraire, l'organisation Human Right Watch parle même de crime contre l'humanité, sous le regard indifférent des Birmans. « Un lavage de cerveaux alimenté par une presse muselée pendant des années », explique Benjamin Ismail, responsable Asie Reporter sans frontière.  

Champs de pierres tombales

Alors quand le président birman Thein Shein est accueilli en grande pompe sur le tapis rouge de l'Elysée, ça fait grincer des dents. D’autant que François Hollande a annoncé qu’il ne ferait aucune déclaration officielle.

L’organisation Avaaz dénonce ce silence alors qu'on va vers un nouveau Rwanda. Ses militants ont prévu d'installer un champs factice de pierres tombales musulmanes place de la République à 13h pour alerter sur le massacre des Rohingas.

Plus d’un million de citoyens ont rejoint la campagne d’Avaaz pour demander à François Hollande d’agir immédiatement contre les violences en Birmanie : https://secure.avaaz.org/fr/burma_the_next_rwanda_loc/

Reportage de Gaële Joly

 

Tags

Commentaires