Bilan de la Paris Games Week

Les rapporteuses (2015-2017) Lundi 02 novembre 2015

Réécoute
Bilan de la Paris Games Week
Cinq jour de gloire aux jeux vidéos viennent de s'achever. 307 000 visiteurs, en moyenne 3h de queue pour 10 minutes de jeux. Et autant de sourire ébahis à la sortie. Mais est ce que pour 17e le billet d'entrée la Paris Games Week ça vaut vraiment le coup ?

La Paris Games Week, si vous ne connaissez pas, c'est un immense salon qui se tient chaque année au parc des expos de Paris, la bien nommée "Porte de Versailles". Dans un hall immense, les plus grands constructeurs de jeux vidéo installent des stands aux décors ahurissants et balancent de la musique électro assourdissante. Le kiff apparemment. 

 

Le principe du salon, c'est non pas d'acheter, pas aujourd'hui en tout cas, mais de tester les nouveautés à paraître dans les semaines à venir. Sauf qu'avec 96 postes d'essai (pour les plus gros stands comme Call of Duty 3) et 307 000 visiteurs... et bien les heures de queue s'allongent vite. 3h30 en moyenne cette année contre des records de 8h l'année dernière.

Une bonne évolution apparemment pour la direction du salon qui se targue aussi d'avoir créé un salon avec des allées beaucoup plus larges facilitant les déplacements. Pas sûr que Maxime 17 ans en fauteuil ait totalement partagé cet avis, mais bon... 

Geek Me More, appli geek de dating, par Florence Baruch


Parmi les nouveautés, le Battlefront de Star Wars, le FIFA 16 ou encore le dernier League of Legends. Et parmi les plus grandes animations, les tournois mondiaux de Pokemon ou de Mario Kart. Avec comme gain à la clé une mini canette de soda et un tapis de souris à la valeur de 20euros. Mais Julien et Saïd, 16 ans, sont apparement ravis et se sentent bien dédommagés du prix de l'entrée grâce à ce gain. On en reparlera quand ce sera l'heure du Père Noël les gars...

 

Des invités prestigieux

Dernier attrait et finalement pas des moindres sur ce salon : la présence de people comme Bruce Grannec, champion du monde de FIFA, Gaethane Thiney, joueuse de l'équipe de france de football féminin, Black M qu'on ne présente plus ou les frères Karabatic, aussi doués en sport qu'en jeux vidéo.

Black M à la Paris Games Week sur le stand Call of Duty

 

Peut-être que finalement la star qui manquait à l'appel c'était le jeu PES, qui n'a pas daigné pointé le bout de son nez sur cette édition 2015... 

 


Crédit photo : Affiche du festival

Commentaires