Bigfoot, les licornes et les dinosaures font du porno

L'actualité numérique Mardi 21 janvier 2014

Réécoute
Bigfoot, les licornes et les dinosaures font du porno
Et ça marche! Le "porn monster", ou érotisme "cryptozoologique", a fait les beaux jours d'auteurs spécialisés dans les aventures sexuelles de toute sorte de créatures assoiffées de sexe. Avant que les librairies en ligne décident de les bannir du Net...

 

Prise par le T-Rex, Partenaire du loup-garou ou Mon amant la licorne : vous voilà rentrés de plain-pied dans la pornographie térataulogique ou "monster porn" !

Des histoires de sauriens lubriques, de licornes aux membres turgescents ou de leprechauns -oui, le farfadet irlandais aux pièces d'or- avides de relations sexuelles avec des jeunes femmes (humaines évidemment).

Un sous-genre littéraire dont on vous a déjà parlé par ici, et qui a bien réussi à certains auteurs. Car il existe un marché du porno de monstres, comme l’explique l’une de ses héroïnes, une certaine Virginia Wade. Sous ce patronyme -un nom d'emprunt comme souvent dans cette porno littérature de créatures-, une mère de famille du Colorado s’est spécialisée dans les tribulations de l’une des plus célèbres bêtes légendaires: Big foot. L’homme-singe des forêts américaines.

 

 

Avec son Cum for Bigfoot, qu'on pourrait traduire par «jouir pour Bigfoot», cette auteure a lancé une saga de 16 bouquins où elle décrit avec moult détails les rapports sexuels de la créature avec des donzelles en détresse. Des livres qui ont une double particularité. Ils ont rapporté une petite fortune à son auteure -de 6000 à 30 000 dollars par mois tout de même, comme l'indique Business Insider !- en raison de leur statut particulier. Ces écrits ont en effet été mis en ligne sous le régime de l'auto-publication.

Ce système, favorisé par Internet, permet à quiconque de publier ses mémoires et son oeuvre en version numérique. Pour pourquoi pas devenir le nouveau 50 nuances de Grey, du nom du célèbre bouquin érotique qui, comme Bigfoot, a commencé en auto-publication. Un régime qui permet de remporter bien plus en droit d'auteur que les maisons d’édition classiques. Les ouvrages auto-publiés le sont en revanche souvent à très bas prix (89 centimes pour Bigfoot): pour réussir, il faut donc trouver son public, si possible le plus large possible. ce qui arrive rarement.

Si vous sentez naître en vous une âme d’auteur érotique cryptozoologique néanmoins, sachez que ce n'est pas le moment de publier. Les grosses librairies en ligne (Amazon, l'américaine Barnes & Nobles...) ont en effet lancé il y a quelques mois une véritable chasse à ces contenus licencieux.

Sous la pression d'une Grande Bretagne pas très à l'aise avec ces oeuvres décadentes, et qui tente depuis des années de nettoyer son réseau de tout porno, Amazon et compagnie ont dû procéder à un grand coup de balai dont le porno de dino a fait les frais. A la décharge de ce mouvement d'indignation, il faut savoir que certains livres auto-publiés étaient vraiment plus que douteux, évoquant des scénarios d'inceste et de viols.

Depuis, les auteurs tentent de tenir tandis que leurs revenus eux, fondent comme neige au soleil. Ils édulcorent un peu les ébats et les organes sexuels de leurs monstres, assagissent aussi le langage (Jouir pour bigfoot est devenu Gémir pour Bigfoot) et, drame de l’écriture, parfois décrochent.

Certains résistent néanmoins. Et prédisent même l'avènement prochain d'un plaisir nouveau: le porno robots!

---
Retrouvez cette chronique ainsi qu'un papier complet sur le porn monster sur Slate.fr: "Le «porno de monstres» affole Internet"

 


SONS

 

> Denver, le dernier dinosaure. Aucun porn avec cette star de notre enfance à notre connaissance.

> "C'est toi Bigfoot ?"  Petite pépite tirée d'un des nombreux films réalisés sur l'homme-singe: Bigfoot, la rencontre inoubliable. On voulait aussi vous trouver un extrait de Harry and the Hendersons, mais on en a pas trouvés dans lequel Bigfoot grognait.


Andréa Fradin

Toutes les chroniques "L'actualité numérique"

> Abonnez vous aux podcasts : RSS et iTunes

 

Commentaires