Beyrouth sur écoute ...?

Le 12-13 Mardi 13 mars 2012

Réécoute
Dernières diffusions
Le Midi 2
Notre Invité David Hury

 

12h: David Hury pour son livre "Beyrouth sur écoute" aux Editions Amers

Dans l’avant-propos, au sujet de Beyrouth et de son livre, David Hury dit :

« Il m’a alors fallu partir à la redécouverte de Beyrouth, de ses rues et de ses âmes, avec une nouvelle paire d’yeux. Il me fallait me remettre en mouvement, débusquer des angles de vue qui m’échappaient, repartir à la chasse aux réponses, extraire des détails qui ne parlent peut-être qu’à moi, suivre l’indicible sillon tracé par le soc d’une violence urbaine charriée depuis des décennies. Et surtout, entendre ce qui n’a pas de voix, et donner la parole à ce qui n’a pas de voix."

Voici donc la balade que je vous propose : quarante-et-une chroniques inspirées par cette cité comptant autant de narrateurs potentiels que de grains de poussière. Quarante-et-une chroniques – personnelles ou non, fictives ou non – qui n’effleurent peut-être qu’un pourcent de la réalité de Beyrouth.

Une courte Bio :

David Hury est né à Paris en 1973. A 19 ans, il débarque une première fois à Beyrouth, un peu par hasard, puis choisit de s’y installer en janvier 1997. Il a alors 23 ans. Journaliste et photographe, correspondant pour des quotidiens européens, il sillonne la capitale libanaise et toutes les régions du pays du cèdre, déconstruisant lentement l’image qu’il avait du Liban, façonnée durant les années 80 par les nouvelles télévisées de ce pays en guerre permanente.

Il a coécrit, avec Nathalie Bontems, Jours tranquilles à Beyrouth, publié aux Editions Riveneuve en 2009

 

12h30: Le Journal

 

12h50: La chronique Environnement d'Elisabeth Bonneau

 

13h05: Phillippe Bailly? Spécialiste du développement et du management d’activités médias,
ET Président-Fondateur de NPA Conseil nous présentera un rapport sur les émissions politique

 

13h10: Les reportages de la rédac'

 

13h15: Le portrait du jour par Sandrine Vendel

 

13h30: Le Club avec Denis Parent, Léon Mercadet et Laurent Bachet

Commentaires