BD : Druillet sur Pinterest

Un lien pour survivre Lundi 24 mars 2014

Réécoute
BD : Druillet sur Pinterest
Un tag pour sillonner et (re)découvrir les bande-dessinées cosmiques de Philippe Druillet.

 

Salammbô, princesse de Carthage, avance dans un décor rétro-futuriste qui mêle art-déco et esthétique SF. Ou quand l’immense Philippe Druillet adapte en bande-dessinée le roman de Gustave Flaubert.

Extrait de "Salammbô", de Philippe Druillet.

Druillet revisite Flaubert, version science-fiction

"Salammbô" est une redoutable trilogie SF sortie dans les années 80. Druillet y met en scène un avatar de Lone Sloane, personnage aux yeux rouges qui traverse toute son œuvre et qui se confond ici avec Mathô le barbare, mercenaire déterminé à détruire Carthage et à conquérir la sublime Salammbô.

Ce dessin splendide est parmi les premiers à remonter sur PINTEREST, sous le Tag "Philippe Druillet".

Un tag, une oeuvre protéiforme

Le réseau social s'impose comme un moyen efficace, à portée d’un seul clic et absolument gratuit pour explorer l’univers graphique de ce génial dessinateur. On y (re)découvre ses bande dessinées mythiques, son univers où planent l'ombre de Lovecraft et un lyrisme charbonneux… .

Sur Pinterest, on voit aussi défiler ses années Pilote et Metal hurlant qu'il co-fonde avec Moebius, tout comme les éditions Les Humanoïdes associés.

On entend aussi hurler les meutes sombres et délirantes de sa bande dessinée La nuit. Druillet la conçoit en 1976. A l’époque, il est en train de perdre la femme qu’il aime…

 

« La Nuit » raconte l’histoire ténébreuse de Heinz et de hordes déglinguées et toxicos en quête du dépôt bleu… C’est une longue méditation sur la mort qu’il écrit en écoutant du rock et en lisant Rimbaud…

Druillet : «Ma vie, mes mémoires, mon cul»

Druillet a pas loin de 70 années terriennes aujourd’hui et les doigts toujours lestés de grosses bagues en argent.

En janvier dernier, il a publié une autobiographie où il révèle être autre comment il a été élevé par des fascistes convaincus… Comment son œuvre recèle de héros en perpétuel combat contre ce qu’ils sont sensés devenir…

Motif qui traverse ses BD et qui est étonnamment flagrant dans la vision cursive que Pinterest donne à voir de son œuvre.

Philippe Druillet via Pinterest.

 

Son autobiographie sortie aux éditions des Arènes s’appelle « Delirium ». Druillet aurait aimé qu’elle s’appelle «Ma vie, mes mémoires, mon cul», plaisantait-il dernièrement dans Libé. L’éditeur lui a dit que ça allait pas trop pouvoir se faire.

Un des charmes de Druillet est de n’avoir jamais mâché ses mots. Dans l’Express, il déboulonne l'actuelle classe dirigeante et regrette que les hommes politiques ne lisent pas de SF pour expliquer le monde d’aujourd’hui.

La perfection technologique annonce le retour d’une sauvagerie archaïque, on y va tout droit.


 

Peu de chance pour que Druillet soit allé voter au premier tour des municipales ce dimanche…

Actuellement, il travaille dans son atelier du 14eme arrondissement de Paris sur une prochaine expo de peinture et sur un projet d’adaptation en bande dessinée de « La Divine Comédie » de Dante.

 

Commentaires