Avis d'expulsion pour le Bloc

le Reportage de la Rédaction Jeudi 05 décembre 2013

Réécoute
Dernières diffusions
Avis d'expulsion pour le Bloc
L'un des plus grand squats de Paris est en passe d'être évacué. "Le Bloc" abrite 170 personnes, dans les anciens locaux du ministère des Affaires sociales. Sur décision de justice, les CRS devraient déloger les occupants demain vendredi.


Guillaume Battin a exploré pour nous les longs couloirs et les étages du "Bloc". Son reportage est à écouter ci-dessus.

C'est un bâtiment de 7000 m2 sur huit niveaux en plein coeur du XIX ème arrondissement de la capitale. UNe construction sans âme, qui abritait encore le ministère des Affaires sociales il y a quelques années. Depuis un an, c'est le lieu de résidence de 170 personnes, des artistes et leurs familles, qui l'ont baptisé "Le Bloc".

Le Bloc vu de l'extérieur © Guillaume Battin, Le Mouv'
 
Le Tribunal d'Instance de Paris à ordonné l'évacuation immédiate du bâtiment. Les occupants s'attendent à être délogés au petit matin par les CRS, au mépris de la trève hivernale qui ne protège pas les squatteurs.
Le peintre Fabien Delaube avait installé son atelier au rez-de-chaussée depuis le mois de juin. Il est déjà nostalgique du lieu :
Ici, j'avais un peu d'espace, je pouvais m'exprimer, plus que dans mon petit appartement. Pendant le temps de séchage de mes toiles, j'échangeais avec mes voisins : danseurs, chanteurs, peintres, graphers, light painters... C'était le lieu parfait.

Fabien Delaube © Guillaume Battin, Le Mouv'


Dans les étages, celui qu'on surnomme "le général" occupe un bureau avec sa femme et son fils de 3 mois depuis l'investissement du squat le 25 novembre 2012. Lui se définit comme un marginal et n'imagine pas s'épanouir ailleurs que dans ce type de lieu.

 
 
 
 
 
Les occupants versent un "loyer" mensuel d'une soixantaine d'euros à l'association "Le bloc", créée pour gérer la vie collective du squat et dont le général est le secrétaire.
 
En lien avec le DAL (association Droit Au Logement) Kévin l'un des porte-paroles, a tenté d'actionner tous les leviers légaux pour éviter l'expulsion, qui semble inéluctable aujourd'hui.
      

 

 

L'Etat ne propose aucune alternative à l'expulsion en pleine trêve hivernale. Il n'est pas normal que la trêve ne protège pas les squatteurs. La protection sociale devrait s'appliquer à tout le monde. De toute manière, même si le Bloc est évacué, un nouveau squat ouvrira dans les jours qui suivent. C'est toujours comme ça.


 

Depuis la décision du Tribunal d'Instance de faire évacuer les lieux, les artistes vident leurs ateliers les uns après les autres. Certains irréductibles comme le général, on décidé de rester sur place jusqu'à l'intervention des CRS.

Reportage pour le Mouv' signé Guillaume Battin

Balade en image dans le Bloc

Commentaires