Au Chili, la démocratie réincarnée

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Vendredi 15 novembre 2013

Réécoute
Au Chili, la démocratie réincarnée
13 million et demi d'électeurs sont appelés aux urnes ce dimanche au Chili. Ils devront choisir leur présidente (deux candidates en lice) et renouveler le parlement. Dans cette démocratie encore fragile, plusieurs ex-dirigeants étudiants montent à l'assaut du parlement.


Claire Martin a rencontré les jeunes pousses de la démocratie chilienne. Reportage en cliquant ci-dessus.

Novembre au Chili, c'est la saison du printemps austral. La campagne bat son plein sur fond de fête et de spectacles de rue. Le 11 septembre dernier, le pays comémorait le 40 ème anniversaire du coup d'Etat d'Augusto Pinochet.

Triste anniversaire marqué par des échauffourées entre la police et des chiliens fidèles à la mémoire de l'ancien dictateur.

Heurts à Santiago en marge des commémorations © NDTV

Mais depuis peu, le visage du Chili a changé. Dans cette société craintive encore traumatisée par 16 ans de dictature, le parole s'est libérée et les chiliens réclament plus de droits, rejettant l'héritage néo-libéral de Pinochet. Des aspirations héritées des manifestations étudiantes pour l'éducation gratuite, en 2012.

Manifestation à Santiago, Août 2012 / DR
  

Mais la classe politique ne semble pas avoir intégré les revendications de la rue, renforçant encore la désaffection de la population pour ses représentants. Ivana, 18 ans, préfère la rue aux urnes :

Quelque-soit le parti qui gagne, rien ne change, c'est pour ça que tout le monde déteste les hommes politiques, particulièrement nous les jeunes, dont la majorité ne vote pas. On n'a pas envie de continuer avec les mêmes candidats et gouvernants préhistoriques, toujours les mêmes familles depuis l'époque coloniale.


 

Depuis la fin de la dictature, les deux grandes coalition de droite et de centre gauche se relaient au pouvoir. La socialiste Michelle Bachelet et la libérale Evelyn Matthei, toutes deux filles de généraux, s'affrontent à la présidence.

Les deux candidates lors d'un débat télévisé © SIPA
   

Fait inédit : 7 anciens dirigeants étudiants de moins de 30 ans tentent leur chance au parlement. Giorgio Jackson, 26 ans, a des chances de l'emporter.

Nous sommes nombreux à nous présenter car nous pensons qu'il est logique de passer de la lutte de rue à un espace de réprésentation en général occupé par des gens qui ne nous représentent pas.


Giorgio Jackson, ancien dirigeant de la Fédération Etudiante de l'Université Catholique du Chili
   

Si les jeunes candidats sont en majorité soutenus par les électeurs de leur âge, d'autres craignent qu'ils perdent leurs idéaux et se fassent happer par la politique. S'il ne faut pas s'attendre à un profond renouvellement du parlement dimanche, les lignes pourraient commencer à bouger.

Reportage signé Claire Martin, Correspondante du Mouv' à Santiago du Chili.

Commentaires