Attentats à Paris : le rouge, couleur ambivalente

la leçon de S(tyle) (2015-2016) Mardi 17 novembre 2015

Réécoute
Attentat à Paris : le rouge, couleur ambivalente
Après le choc provoqué par les attentats du 13 novembre à Paris, le recueillement. Je me suis interrogé sur la signification d'une couleur qu'on a aperçu partout, malgré nous : le rouge.

Le Rouge est la couleur, la plus étrange de la gamme chromatique. Contrairement aux autres couleurs, c’est une couleur ambivalente.

D’abord, le rouge, c’est la douleur. Le rouge, c’est le drame. Le rouge, c’est au moins 129 morts et 352 blessés. Ce rouge, on le remarque. Celui-ci, c’est le mauvais rouge, celui qu’on associe à la violence, à la guerre. Celui-ci, c’est le mauvais rouge, celui qu’on associe au feu et au sang.

Mais le rouge, c’est aussi la vie. Le rouge, c’est chez toi, dans un bar, à la terrasse d’un restaurant, dans un stade, dans la rue, en France, dans le monde. Le rouge, c’est aussi la couleur de la fête dans une salle de concert. Celui-ci, c’est le bon rouge, celui qu’on associe à la beauté, à l’amour. Celui-ci, c’est le bon rouge, celui qui rappelle la révolte pour la vie malgré tout.

Vous ne le savez peut-être pas, mais le mot couleur désigne à l'origine le rouge. Le mot couleur désigne ce qui est différent du noir et du blanc. Le mot désigne donc le rouge, la première couleur maîtrisée par l’homme au paléothique. Et je suis sûr que vous l’avez remarqué, personne n’est blanc écarlate ou noir profond. Au fond, cela veut dire que nous sommes tous rouges. Rouge mais dans différentes teintes.

Avec le rouge rien n'est simple, tout est dans la nuance. Il y a une infinité de rouge, on peut distinguer entre 250 et 300 nuances différentes. Comme l’on pourrait distinguer 300 nuances de français ou 300 nuances d’individus dans le monde. Rouge fraise, Rouge ocre, rouge vermillon, rouge coquelicot…Il existe tellement de rouge que certains n’ont même pas encore de noms.

Comment distinguer un rouge ?

Distinguer, un rouge dépend de plusieurs choses. D’abord, du sens de la vue : certains individus, rouges de colères, ont les yeux tellement embrumés qu’ils attisent les flammes de la haine.

Ensuite, cela dépend dela lumière : vous verrez, très vite, des commentateurs vont tenter de vous faire croire qu’un rouge n’en vaut pas un autre. Des hommes vont tenter de vous faire croire que pour la sécurité, il faudrait sacrifier une liberté durement acquise au prix du rouge versé par nos ancêtres. Des faux experts vont toujours trouver le moyen de polémiquer, peu importe le sujet d'ailleurs. D’autres vont même tenter de vous expliquer comment obtenir LE bon rouge alors qu’ils ne sont ni coloristes ni teinturiers.

Enfin, distinguer un rouge dépend surtout du regard qu’on veut bien y porter parce que le rouge ne vit pas seul mais en société, au coeur d'une seule et même palette de couleur.

Le rouge : un signal

Que l’on soit pourpre ou grenat, rien ne ressemble plus à un rouge qu’un autre rouge. Quelle est la différence entre le rouge du sang qui coule, en France, et le rouge du vin que certains ont bu dans les bars ou en terrasse ? Quelle est la différence entre le rouge du sang qui coule, ailleurs, et le rouge dans la salle du Bataclan ? Où est la différence entre nous tous ?

Garance, Vermeil ou cramoisi, ces nuances de rouge ne sont qu’une perception. L’essentiel est de faire preuve de respect, de tolérance, de solidarité à l’égard de son frère pour vivre en harmonie. L’essentiel est de se rappeler que le rouge est aussi un signal. Le signal que malgré tout, il faut garder sa joie de vivre. Le rouge signale que peu importe la place qu’il occupe dans la gamme. Nous devons être attentif à s’aimer les uns, les autres et tous les jours.

 


 

Copyright : Photo de Fanny Minot, tragiquement disparue lors des Attentats du 13 novembre à Paris. Toutes mes pensées aux victimes des attentats à Paris, à leur famille. Toutes mes pensées aux victimes des attentats dans le monde, à leur famille.

Commentaires