Allô doc? Mon médecin va mal...

le Reportage de la Rédaction Mardi 23 décembre 2014

Réécoute
Dernières diffusions
Quand nos docteurs ont le blues
Période de mobilisation chez les médecins : après les urgentistes, c'est au tour des généralistes et spécialistes de se mettre en grève.

 

Évitez de tomber malade pendant les fêtes. Ophtalmos, gynécos, dentistes et même généralistes, ils sont presque tous en grève. Les quatre principaux syndicats de la profession avaient effectivement appelé à cesser le travail du 23 au 31 décembre.

Rejoint par l'association SOS médecins, le mouvement prend encore de l'ampleur avec 80% des cabinets actuellement fermés, et pourrait bien perdurer au-delà de la date initialement annoncée.

 Dans la ligne de mire des grévistes : le projet de Loi Santé de la ministre de la Santé, Marisol Touraine, qui sera examiné en avril prochain à l'Assemblée nationale. Deux mesures les mettent surtout en colère:

  • la généralisation du tiers payant à tous les patients d'ici 2017
  • la délégation de la vaccination aux pharmaciens

 

Les syndicats réclament également une revalorisation de la consultation de 23 à 25 euros. Bref, c'est un peu la déprime pour nos docteurs et pas sûr que tout cela motive les jeunes étudiants en médecine. Ils sont près de 50.000 a s'être inscrits en première année en 2014.  Ils en ont pour sept à neuf ans d'études avant leur installation.  Une installation pas toujours facile à gérer, ce que regrette Sébastien Foucher, président  de  l'ANEMF, l'Association Nationale des Etudiants en Médecine de France.


 

Pourtant depuis quelques années, l’État et les collectivités proposent plusieurs dispositifs pour aider les jeunes médecins à s'installer, surtout dans les déserts médicaux. Parmi ces programmes, il y a notamment le CESP, une bourse de 1000 euros par mois versée pendant les études par l’État ou encore le CRES de la région Ile-de-France. Et preuve que ça marche: cette année, 881 étudiants ou internes ont choisi d'exercer dans ces zones désertées par les professionnels, contre 353 en 2012.



Reportage et mise en page: Hajera Mohammad

Photos: ccFlickr Matthew Rogers et Gaëtan Zarforoushan

Commentaires