Abd Al Malik raconte sa banlieue

La Pop au carré Mercredi 10 décembre 2014

Réécoute
Abd Al Malik raconte sa banlieue
Figure du rap français, Abd Al Malik sort son premier film, "Qu'Allah bénisse la France", adapté de son autobiographie.

 

Mercredi 10 décembre, c'est la sortie du film d'Abd Al Malik : Qu'Allah bénisse la France. C'est une adaptation de son autobiographie, du même nom, sortie en 2004.

Un film sur la banlieue, le rap et l'islam. Abd Al Malik y raconte son histoire, celle d'un jeune sorti de la délinquance grâce à l'école, au hip-hop et à la spiritualité.

Une bande-son impeccable (dans laquelle on retrouve notamment Laurent Garnier) et un film vrai sur la banlieue du rappeur: le quartier du Neuhof, à Strasbourg.

 

Une référence à La Haine de Mathieu Kassovitz

Le film d'Abd Al Malik est filmé en noir et blanc. La référence à La Haine de Mathieu Kassovitz, sorti en 1995, semble évidente. Mais le rappeur strasbourgeois a voulu aller plus loin : rendre justice, donner la parole à ceux qu'on n'entend pas.

Un film sur la banlieue fait par des gens issu de la banlieue :

Un cinéaste comme Mathieu Kassovitz est quelqu'un que j'admire énormément, c'est une référence pour moi mais il a parlé d'une réalité qui n'est pas la sienne. Moi, je veux témoigner de l'intérieur, raconter des choses vécues.


 

La plupart des acteurs sont non-professionnels © Les Films du kiosque

 

Et pour ce faire, Abd Al Malik a travaillé avec des acteurs non-professionnels, des jeunes issus du quartier du Neuhof, tout comme les personnes à la régie, à la sécurité, à la production, à la cantine,... Tout ça pour un seul objectif :

L'important, c'était de montrer qu'on peut se raconter, nous.


 

Des acteurs impeccables

Les deux acteurs principaux © Les films du kiosque 

 

Dans le rôle d'Abd Al Malik, il y a Marc Zinga. Superbe interprétation de cet acteur de 30 ans qui reprend notamment à la perfection la diction si particulière d'Abd al Malik. Il est présélectionné pour figurer dans la liste finale des meilleurs espoirs masculins pour les Césars 2015.

Et puis dans la peau de Wallen, la femme d'Abd Al Malik, on retrouve l'actrice Sabrina Ouazani, déjà aperçue dans L'Esquive, d'Abdellatif Kechiche.

La place centrale de l'islam

La place de l'islam est centrale dans la vie d'Abd al Malik et centrale aussi dans son film. On le voit passer le pas, pousser la porte d'une mosquée et se convertir puis aller à la rencontre d'autres jeunes du quartier pour prêcher la parole du prophète.

 

La place de l'islam dans la banlieue et surtout dans la vie d'Abd Al Malik, est abordée frontalement, comme pour déconstruire un sujet parfois brûlant.

Certains se demandent si l'islam est soluble dans la République. Pour moi, c'est des choses graves. L'islam est une religion d'amour et de paix. Et il ne faut pas faire l'amalgame car il y a deux, trois personnes qui ont pris l'islam en otage et qui prônent des valeurs qui sont contraires à toute spiritualité. Je voudrais que mon film soit d'utilité publique.


 

Qu’Allah bénisse la France a remporté le prix FIPRESCI (sélection "Discovery") au Festival international du film de Toronto 2014.


 

Chaque jour le Mouv' met la Pop au carré, reportages à écouter par ici.

Et abonnez-vous au podcast RSS et iTunes.


Commentaires