A mort, le 1er avril

Rien à voir Mardi 01 avril 2014

Réécoute
A mort, le 1er avril
Voilà, nous sommes le 1er avril, chacun va y aller de sa petite blague, de son petit poisson... Et les gens qui ont l'habitude de faire confiance à leur prochain vont se faire avoir et se sentir humiliés. Il n'y a pas de raison de rire. C'est un triste jour.

 

Ne mourrons pas idiots, intéressons-nous en toute impartialité aux origines de cette coutume (débile) qui incite les gens à faire des poissons d’avril.
 
Sur Wikipedia, c'est pas clair du tout. Ca daterait du 16ème siècle, apparemment. Avant, l’année commençait le 1er avril. Mais Charles IX aurait décidé que, dorénavant, ça allait être le 1er janvier. Et du coup, les gens ont commencé à se moquer de ceux qui continuaient à fêter la nouvelle année le 1er avril.

Un peu comme on se moque des gens qui comptent encore en francs, et pas en euros. Pour se moquer ils faisaient des blagues, ils offraient des poissons parce que c’est le moment de la fin du Carême. Sauf que Wikipedia précise aussi que l’année civile n’a jamais débuté un 1er avril. Ce qui invalide toute la thèse. Il n'y a donc aucune justification historique, mythique, ou symbolique qui tienne la route.

 

Ce qui m'amène à ma conclusion : les poissons d'avril, c'est naze, et même, c'est mal.  Parce que c’est une insulte aux gens bien qui ont confiance en leurs frères humains. C’est ceux qui donnent. Ceux qui aiment.
 
Les blagues du 1er avril, c’est l’école de la suspicion. De la paranoïa, de la théorie du complot. C’est un truc qui te conduit à être sur la défensive, à te méfier de tout et de tout le monde. Et ça, ça fait le jeu du Front National.

CQFD : il ne faut pas faire de canulars le 1er avril.

 


 

 Retrouvez Elodie Emery sur Twitter

> Retrouvez toutes les chroniques

> Abonnez-vous au podcast, RSS et iTunes

Crédit photo :


PaternitéPas d'utilisation commercialePartage selon les Conditions Initiales Certains droits réservés par Ron,Ron,Ron

Commentaires