21 avril : attention les secousses

le Reportage de la Rédaction Lundi 21 avril 2014

Réécoute
Dernières diffusions
21 avril : attention les secousses
Au soir du 21 avril 2002, la terre s'est dérobée sous les pieds de la gauche française. Jean-Marie Le Pen évinçait Lionel Jospin du second tour de la présidentielle. Et plus jamais la France n'a regardé le Front National de la même façon. Souvenirs. Et perspectives.

 

Ca fait douze ans mais c'était hier. A un mois des Européennes, et quelques semaines après la reconquête d'une dizaine de communes par le Front National, il est temps, sans doute, de se rappeler du 21 avril 2002. Ce soir-là, le peuple de gauche apprenait qu'il allait devoir voter à droite pour contrer la menace Le Pen.

 

 

A l'époque, c'était la sidération. Le PS, en miettes, prônait le front républicain, comme l'ensemble de la gauche (Arlette Laguiller mise à part). Les lycéens et les étudiants envahissaient les rues pour appeler à un sursaut citoyen. Et Jacques Chirac, pourtant empêtré dans les affaires, devenait un symbole de vertu, refusant le traditionnel débat d'entre-deux-tours :

Pas plus que je n'ai accepté dans le passé d'alliance avec le Front National, pas plus que je ne l'ai accepté dans le passé je n'accepterai demain de débat avec son représentant.


 

Extrait du spectacle "Jamel 100% Debbouze", de Jamel Debbouze © Sony, 2004

 

Libération titrait "NON" et puis, après le second tour, "OUF". Chirac réélu à 82%, l'extrême-droite repoussée, il s'agissait de reconstruire sur les ruines, de souder à nouveau la communauté française. Douze ans plus tard, l'oriflamme frontiste est de retour. La majorité de la jeunesse française semble avoir oublié. "Ils s'en souviennent comme d'un événement historique qui appartient au passé", estime Laura Slimani, l'actuelle présidente du Mouvement des jeunes socialistes. Michael Bullara, à l'époque président des Jeunes du RPR, sent bien que la France a changé :

J'ai le sentiment que le 21 avril, on le vit en permanence. En 2012, Marine Le Pen a amélioré le score de son père, mais personne n'est descendu dans la rue, parce que les gens se focalisent sur l'affiche du second tour.


 

Manifestation anti-FN du collectif "Vive la France", le 30 avril 2002 © France 2/INA

 

Les métamorphosés du 21 avril ne sont pas forcément ceux que l'on croit. Ludovic Larue en fait partie. Il avait 17 ans. C'est pendant cette élection, en 2002, qu'il dit avoir eu le déclic. "Je me suis retrouvé politiquement dans le discours de Jean-Marie Le Pen." Douze ans plus tard, il est devenu, le mois dernier, conseiller municipal FN de Louviers. Et il est persuadé que son parti finira en tête aux prochaines européennes.

 

Extrait du "Combat ordinaire, tome 1", de Manu Larcenet © Dargaud, 2003

 

Le Front National fait monter au créneau la nouvelle génération. Rencontre avec Pierre Ducarne, tête de liste aux dernières municipales à Nancy. Cliquez ici.

Les choix actu du Mouv', c'est tous les jours dans le Reportage de la Rédaction.

Et abonnez-vous au podcast RSS et iTunes.

 


 

Photo de couverture : quelques unes de la presse française en avril 2002

Reportage : Bénédicte Dupont                        Mise en page : Augustin Arrivé

Commentaires