2020, un DJ devient Ministre de la culture

Mouv' Futur (2015-2016) Mercredi 27 mai 2015

Réécoute
2020, un DJ devient Ministre de la culture
Chaque soir, la rédaction de Mouv' vous emmène en 2020. Un futur proche, qui fait un peu flipper ou qui donne carrément envie de se projeter. Ce soir, on imagine un monde ou même votre grand mère écoute de l'electro.

Après la techno de Détroit à la fin des années 80, les raves parties des années 90, l'electro fait aujourd'hui danser les foules en festival. Après les Nuits Sonores (Mouv' y était) à Lyon, le Weather Festival (Mouv' y sera) tend à s'imposer comme le grand rendez-vous electro francilien.

 

Longtemps considérée comme la musique de l'ecstasy, l'electro est aujourd'hui mieux prise en compte par les institutions culturelles. Il faut dire que Daft Punk et la french touch sont passés par là.

En 1998, grace à un lobbying intensif auprès des pouvoirs publics, l'association Technopol obtient la signature d'une circulaire interministérielle reconnaissant le caractère artistique et culturel des musiques électro. Dans la foulée, Jack Lang lance la première Techno Parade. Christophe Vix-Gras est un militant de la première heure :

Il a fallu casser les stéréotypes selon lesquels "electro = drogue". Nous avons également travaillé avec les pouvoirs publics pour que les DJ puissent prétendre au statut d'intermittent du spectacle. Aujourd'hui encore, Pole Emploi refuse de reconnaître la profession de DJ comme un métier artistique. 


Christophe Vix-Gras © Sébastien Sabiron


Aujourd'hui, le métier de DJ producteur de musiques actuelles est officiellement reconnu par l'Etat, de même que la formation qualifiante dispensée par DJ Network, une structure privée qui dispose de cinq antennes en France.

Les élèves de DJ Network © Sébastien Sabiron


Les responsables de DJ Network espèrent que ce diplôme tout récemment reconnu contribuera à structurer la profession. Qui sait, peut-être qu'en 2020, il permettra de décrocher un poste au ministère de la culture.

Il faudrait pour cela que les rapports entre les pouvoirs publics et le milieu électro se réchauffent encore un peu. En décembre dernier, près de Montpellier, l'événement I Love Techno a été annulé une heure avant l'ouverture des portes, faute d'accord de la préfecture. 

> Mouv' vous avait déjà parlé de DJ Network. C'est par ici.

> L'UCPA a aussi son "Ecole des DJ".


 

Reportage de Sébastien Sabiron

Image d'illustration : CC Flickr Kmeron

Commentaires