2020, le chômage de longue durée n'existe plus

Mouv' Futur (2015-2016) Lundi 01 juin 2015

Réécoute
2020, le chômage de longue durée n'existe plus
Chaque soir, la rédaction de Mouv' vous emmène en 2020. Un futur proche, qui fait un peu flipper ou qui donne carrément envie de se projeter. Et si on proposait un CDI payé au SMIC à chaque chômeur de longue durée ?

 

Les chiffres du chômage pour avril 2015 viennent de tomber, et ils sont mauvais, comme d'hab' :

 

  • hausse du nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité : +0,7%
  • hausse du nombre total de chômeurs : +1%
  • hausse du chômage des jeunes : +0,8%

 

Et sur un an, le chômage de longue durée augmente à vitesse grand V : +10,2%. Le gouvernement va expliquer qu'il faut maintenir la ligne et continuer les efforts qui finiront par payer. L'opposition va critiquer l'action du gouvernement sans rien proposer. Comme d'hab'.

L'association ATD Quart Monde propose aujourd'hui une alternative : faire disparaître le chômage de longue durée en proposant aux personnes qu'il concerne un CDI payé au SMIC. "Tous les enfants vont à l'école, et tous leurs parents vont travailler." Voilà la définition de la normalité selon Patrick Valentin, responsable emploi et formation chez ATD et qui ne comprend pas qu'on s'étonne de son projet. "La société a fini par accepter l'inacceptable, pas nous."

"Pas assez de travail pour tout le monde." Vrai ou faux ? Débat avec J Gadrey, @PotierDominique et P Valentin D'ATDQM pic.twitter.com/Q2loNRbCVa

 

Pour financer ce dispositif, il suffirait, selon les calculs de l'association, de transférer l'argent là où se trouvent les besoins. Un CDI au SMIC coûte 22.000€ par an, tandis qu'ATD Quart Monde évalue à 15.000€ le coût annuel pour l'Etat d'un chômeur de longue durée. Ce montant prend en compte les allocations, les frais de santé (dépression, etc.), les formations, la cantine scolaire pour les enfants...

C'est en Meurthe-et-Moselle, circonscription du député socialiste Dominique Potier, qu'une expérimentation doit commencer. L'élu avoue son scepticisme ("il faudra fixer des règles pour qu'il n'y ait pas de concurrence déloyale") tout en se montrant très enthousiaste : "il ne faut plus qu'un élève hésite au moment d'indiquer à ses profs le métier de ses parents."

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site internet d'ATD Quart Monde en cliquant ici.

 

 


 

Photo de couverture : Cc FlickR Laurent Guedon
Reportage : Augustin Arrivé

 

Commentaires