2020, la moitié des jeunes a des troubles de l'audition

Mouv' Futur Mercredi 04 février 2015

Réécoute
2020, la moitié des jeunes a des troubles de l'audition
Chaque soir, la rédaction de Mouv' vous emmène en 2020. Un futur proche, qui fait un peu flipper ou qui donne carrément envie de se projeter. Mauvaise nouvelle pour tous les accros du casque audio et du son à fond : en 2020, 50% des 15-30 ans souffrent de troubles auditifs.

La réalité :

C'est une statistique alarmante, dévoilée à l'occasion de la Semaine du Son, du 19 janvier au 8 février dans toute la France. Selon une étude Ipsos menée auprès d'un échantillon de 541 personnes, les trois quarts des 15-30 ans "ont déjà ressenti un trouble auditif" au moins une fois dans leur vie.

La plupart d'entre eux (89%) privilégie l'écoute au casque ou aux écouteurs, en moyenne pendant une heure quarante par jour. Fait préoccupant : 23% des sondés ne font jamais de pause pendant l'écoute (afin de reposer leurs oreilles) et un jeune sur dix ne baisse jamais le volume.

"Si c'est trop fort, c'est que t'es trop vieux !" / CC Flickr Philippe Put


Une fois le constat établi, l'autre inquiétude porte sur la prise de conscience : si 98% des 15-30 ont conscience que "l'exposition excessive aux sons forts entraîne des problèmes auditifs", seuls 21% d'entre eux s'éloignent des enceintes (en club ou en concert) et 7% utilisent des bouchons d'oreilles.

La Fiction :

Généralisé dans les années 2010 avec la multiplication des smartphones, la mode du casque audio n'a fait que s'amplifier depuis le rachat de Beats Audio par Apple en 2014, et la généralisation du wifi dans les transports publics (métro, bus, trains) de 2017 à 2018. Une aubaine pour Spotify, Deezer et YouTube.

Malgré l'interdiction du port des équipements audio sur la route en 2015, le phénomène a pris de l'ampleur avec les micro-oreillettes sans fil, réservées dans le passé aux professionnels du spectacle, mais démocratisées au début des années 2020.

S'ajoute le phénomène de la "Loudness War" (la "guerre du volume") initiée par l'industrie du disque, les radios et les télés. La musique est remastérisée plusieurs fois pour "sonner fort", incitant au bout du compte à monter le volume pour "se sentir dans l'ambiance".


Bilan : l'édition 2020 de la Semaine du Son s'ouvre sur un constat effarant, basé sur les derniers chiffres de l'Institut de Veille Sanitaire : 50% des 15-30 ans souffrent de troubles chroniques de l'audition. Que ce soit d'acouphènes, de perte auditive, ou d'hyperacousie, ces dommages sont irréversibles.

Les questions

Comment en est-on arrivé là ? L’Éducation nationale a-t-elle raté le coche de la sensibilisation aux risques auditifs ? Comment endiguer le phénomène ? Le 20#20 vous emmène dans le futur et pose ces questions à

  • Florence Atlas, ex-"DJette" belge forcée de raccrocher les platines après un accident auditif.
  • Christian Hugonnet, président de la semaine du son
  • Jean-Louis Horvilleur, audioprothésiste.

 

Florence Atlas / Jean-Louis Horvilleur / Christian Hugonnet

Reportage, photos : Sébastien Sabiron

Image d'illustration : CC Flickr kohlmann.sascha

 



 

Commentaires