Yann Barthès vs Cyril Hanouna : chez qui le rap français est-il le mieux reçu ?

Par Genono / le 19 février 2018
Yann Barthès vs Cyril Hanouna : chez qui le rap français est-il le mieux reçu ?

Derrière les deux dinosaures Ardisson et Ruquier, chez qui tout rappeur français suffisamment exposé est déjà passé pour, au mieux, faire un peu de promo, au pire, se briser frontalement les dents, deux animateurs plus jeunes mais tout aussi influents se présentent comme de potentiels points d’entrée pour le rap en télé : Yann Barthès et Cyril Hanouna. Engagés dans une bataille d’audiences et d’égos, les deux stars de la case de l'access prime time ont tous deux pris l’habitude de recevoir certaines de nos têtes d’affiches préférées en période de promo -rarement pour parler de musique, certes, mais c’est l’intention qui compte.

Le rap français a bien compris qu’à l’heure actuelle, un passage dans Salut les Terriens ou On n’est pas couché était l’équivalent d’une coloscopie : ça passe à condition de serrer les dents et fermer les yeux bien fort, et il ne faut pas perdre de vue que le but est avant tout de chercher la merde. Qu’en est-il donc chez Touche pas à mon poste et Quotidien, deux émissions à la réputation au moins aussi sulfureuse que leurs aînées ? Le rap français est-il mieux reçu chez Hanouna ou chez Barthès ? Y’a-t-il autre chose à retenir que Gradur évoquant la possibilité de se mettre des doigts et Fianso interrogé comme s’il était à la barre ? La télévision sert-elle à autre chose qu’à s’extasier devant les déboulés de Marcelo côté gauche ? Autant de questions que personne ne se pose, mais auxquelles nous allons quand même tenter de répondre.

 

Taux d’animosité face aux rappeurs

TPMP : On est clairement face à une émission qui mise sur la bonne humeur et l’humour lourdingue, et reçoit donc les rappeurs dans cet état d’esprit : on est sympa, on rigole fort à nos propres vannes, et on ne cherche pas à mettre les invités dans la difficulté -sachant qu’ils sont généralement suffisamment doués pour s’y mettre sans l’aide de personne. Evidemment, on ne passe pas à côté des questions bien dirigées vers le buzz, comme lorsque l’on demande à Lacrim de choisir entreBooba et Rohff, ou que l’on amène Rohff sur le terrain du “alors, Booba, mytho ou pas ?”. C’est pas fin pour un sou, mais ça a le mérite d’aller droit au but : on n’est pas venu là pour parler direction artistique ou schémas de rimes. En revanche, c’est tout de suite moins sympatoche quand un rappeur critique TPMP, on se souvient par exemple de la petite bataille de crottes de nez entre Hanouna et Gringe, et surtout de la guerre qui oppose l’animateur à Joeystarr depuis quelques années.

Quotidien : Une attitude beaucoup moins beauf, mais des interviews un brin plus fourbes, où l’on ne rechigne jamais face à la possibilité de mettre un invité face à ses propres contradictions, quitte à sortir des lyrics de leur contexte ou à se concentrer uniquement sur des polémiques extra-musicales. La dernière apparition de Fianso est l’exemple le plus frappant de tout ce qui ne va pas quand Quotidien reçoit un rappeur : le rappeur est interrogé quatre minutes sur une affaire judiciaire, et passe une autre minute à se justifier au sujet d’une punchline comprise de travers -techniquement, on assiste donc à un remake de son procès.

 

 

Choix des invités

TPMP : Extrêmement varié, ça va de Booba et Rohff à MHD et Joeystarr en passant par les Casseurs Flowteurs, Niska, Lacrim, Gims ou Big Flo et Oli. Il y en a donc pour tous les goûts, et la seule condition pour se voir invité par Hanouna et sa bande semble donc d’être une tête d’affiche suffisamment médiatique -rien d’anormal en télévision, donc. Possible également de venir faire une apparition en tant que buzz du moment, à l’image d’Alrima en plein effervescence Chaussette-claquette. En gros, tout ce qui peut contribuer à faire un peu d’audimat ou à faire parler de l’émission sur les réseaux sociaux est bon à prendre. Pour un auditeur de rap un brin pointu, l’intérêt peut donc être limité, mais la cible de l’émission reste le (très) grand public, et on peut donc considérer que TPMP donne un panorama large (mais pas toujours flatteur) du rap en France.

Quotidien : Un plateau rap moins varié que chez Hanouna, puisque les invitations de rappeurs sont moins fréquentes, et moins dictées par une logique de buzz immédiat. Damso, Lomepal, Sofiane, Roméo Elvis … globalement, on penche plus vers le qualitatif, avec des critères de sélection qui semblent prendre en compte la réception critique. Pour résumer très grossièrement, on pourrait résumer la représentation du rap chez TPMP et Quotidien à quantité vs qualité, même si la fréquence tend franchement à augmenter du côté de Barthès.

Le bon exemple

TPMP : Difficile de trouver un vrai exemple d’une bonne interview de rappeur dans cette émission, alors on va citer Sadek pour le plaisir qu’il prend à arroser Cyril Hanouna. Pas forcément un moment qui restera dans l’histoire du rap, mais on aura au moins offert quelques minutes de divertissement à un artiste qui travaille beaucoup trop.

Quotidien : Damso, qui a droit à une interview posée pendant dix bonnes minutes, et qui, malgré l’accroche sur le thème “le rappeur aux paroles trash”, peut s’exprimer pleinement sur son parcours, sa musique, ses concepts, sa psychologie et ses influences, en répondant à des vraies questions au sujet de son art -je pourrais même parler de bonne interview, et d’exemple à suivre pour les autres émissions télévisées si je n’étais pas envahi par la mauvaise foi.

 

 

Le mauvais exemple

TPMP : Inviter Vald suite à un pari perdu, lui accorder deux minutes d’antenne pour lui laisser uniquement le temps de dire “je m’appelle Valentin”, tout en balançant les pires raccourcis possibles, du classique “on dirait Eminem” au surréaliste “il a pas une tête de rappeur”.

 

Quotidien : Inviter Fianso parce qu’il fait la Une un peu partout, lui accorder quatre minutes d’antenne pour parler pendant quatre minutes de questions judiciaires et de blocage d’autoroute, avant de finir sur une punchline complètement hors-contexte (“Balance ton porc fréro, j’la nique”). Pitié, plus jamais ça.

 

Les lives

TPMP : Théoriquement, le plateau de Cyril Hanouna est plus adapté à un live de Cartman ou de Patrick Sébastien, mais l’ambiance chaleureuse s’adapte finalement plutôt bien à des artistes plus sérieux, comme en témoigne le live de Wyclef Jean l’année dernière, ou le duo Sadek-Ninho en décembre. Finalement, ça fonctionne donc plutôt pas mal -on va faire l’impasse sur les sérieux problèmes techniques qui ont touché Niska lors de son passage dans l’émission, même si les méchants algorithmes de recherche continueront à le garder en mémoire jusqu’à la fin des temps :

Quotidien : L’ambiance est différente ici, c’est plus feutré, plus bobo aussi, on aime donc les rappeurs qui montent sur scène avec des vrais instruments, pour montrer qu’eux aussi, ils sont de vrais artistes. On a donc eu droit à Lomepal avec un piano, Roméo Elvis avec une guitare, ou Georgio avec un bout d’orchestre. Bon, c’est pas toujours le cas, et l’autre grande constante des lives de Quotidien, ce sont les come-backs de vieux rappeurs, à l’image de MC Solaar l’année dernière, ou de Doc Gynéco plus récemment.

 

Conclusion : vous êtes rappeur, chez qui devez vous aller ?

TPMP : Vous aimez les risques, et vous avez bien compris qu’ici c’était quitte ou double : soit vous venez faire votre promo dans la bonne humeur sans parler de musique à un seul moment, soit on vous met dans la merde en vous demandant qui vous préférez entre Booba et Rohff. Attention, rappelez-vous également qu’on risque de vous faire participer à des jeux intellectuels face à Mathieu Delormeau, pensez à vous échauffer à l’avance.

Quotidien : Vous aimez les risques, et vous avez bien compris qu’ici c’était quitte ou double : soit vous venez parler musique en pouvant approfondir un peu le sujet, soit vous allez passer dix minutes à vous justifier sur tout et n’importe quoi, sans la présence de votre avocat.

 


Crédits photos : Yann Barthès : Christophe Chevalin / TMC - Cyril Hanouna :  Stephane Grangier - Corbis / Getty Images

 

Par Genono / le 19 février 2018

Commentaires