Victor Hugo le bon tuyau

Par Augustin Arrivé / le 31 août 2013
Victor Hugo les bons tuyaux
Après le livre, après les films, après le disque, la comédie musicale, le dessin animé et la BD, la chaîne américaine FOX travaille sur une adaptation des "Misérables" de Victor Hugo en série policière.

 

Le chef-d'oeuvre de Victor Hugo décliné en série policière, après tout, pourquoi pas ? Mais on est plus sceptique quand on apprend que la Fox prévoit de transposer l'intrigue au XXIe siècle, avec un Jean Valjean devenu avocat au passé mystérieux et à la vie familiale troublée. D'après le site Deadline.com, c'est Rob Thomas, le créateur de la série Veronica Mars, qui serait aux manettes. Casting encore inconnu.

 

Ce ne sera que la douze milliardième adaptation du roman. Il semblerait que le public ne s'en lasse pas : le récent film musical de Tom Hooper avec Hugh Jackman a reçu trois oscars en début d'année, dont celui du meilleur second rôle féminin pour Anne Hataway. Au passage, cocorico : la B.O. était signée par un Français, Claude-Michel Schönberg.

 

Les Misérables, de Tom Hooper © Universal, 2012

 

Avant ça, il y eut des dizaines de comédiens dans les oripeaux du bagnard Valjean. A commencer par Maurice Costello, en 1909, filmé, muet, par James Stuart Blackton. En 1925, Henri Fescourt propose une version (toujours silencieuse) de six heures. Elle n'a plus été projetée en salles depuis 1986 et les célébrations du centenaire de Victor Hugo. On se demande pourquoi.

 

Les Misérables, d'Henri Fescourt © Archives françaises du film de Bois-d'Arcy, 1925

 

On aime aussi beaucoup les versions indienne (Kundan, de Sohrab Modi, 1955), soviétique (Gavrosh, de Tatyana Lukashevich) ou cette merveille vietnamienne récente : Ngon Co Gio Dua, de Ho Ngow Xum, avec un Jean Valjean rebaptisée Le Van Do, et une Cosette toujours autant maltraitée.

 

Ngon Co Gio Dua, de Ho Ngow Xum © HTV9, 2013

 

Il y eut aussi des tentatives en dessin animé, et c'est évidemment dans le Club Dorothée qu'on a pu en profiter, avec Jean-Luc Reichmann en guise de narrateur, et Dorothée elle-même pour chanter le générique. C'était triste comme du Gigi, triste comme du Rémi sans famille, triste comme la plupart des dessins animés de l'époque. Mais pour ne pas nous achever, ils laissaient survivre Jean Valjean à la fin :

 

Les Misérables, par les studios Animage © AB Productions, 1992

 

Notez que Chantal Goya nous a elle aussi pondu une chanson de générique, c'était à la fin des années '70, et on vous la propose ici vite fait, pour les plus courageux. La série venait du Japon. On en a pas trouvé d'autre trace. Heureusement, les Nippons nous en ont proposé une autre version, plus récemment, basée sur l'histoire de Cosette :

 

Les Misérables : Shoujo Cosette, de Hiroaki Sakurai © BS Fuji, 2007

 

Je ne vais pas m'apesantir ici sur les versions de Robert Hossein, Claude Lelouch ou Jean-Paul Le Chanois, vous contacterez votre vidéothèque. Mais voici une dernière preuve, s'il vous en fallait encore une, de l'incroyable frénésie d'adaptation que subit ce roman. Même un simple internaute comme ce dénommé Mize, seul dans sa chambre, peut s'amuser à le transformer en cartoon :

 


Les miserables 1
Un cartoon de Mize

 

Tout compte fait, elle n'était pas si nulle que ça, la comédie musicale avec Hugh Jackman...

 

Par Augustin Arrivé / le 31 août 2013

Commentaires