United Colors Of Metal

/ le 22 juin 2013
United Colors Of Metal
Pogo, houblon et gros son qui pique, le 8 ème Hellfest est ouvert à Clisson près de Nantes. Une scène internationale dominée par des poids-lourds occidentaux. Mais le metal se beugle aussi dans toutes les langues. Yeaaaaahhhheeeeuuuurrrr !

 

Au Hellfest, il y a les grosses machines : Deff Leppard, Kiss, Whitesnake, Korn, Europe et ZZ Top. Un coup d'oeil à leur passeport en dit long sur la sainte trinité géographique du metal : Etats Unis, Royaume Uni et Scandinavie. Le record du plus long "metal scream" émane pourtant d'un chanteur canadien aux origines italiennes, Giannu Luminati Nicassio. Mettez un casque ou prévenez vos voisins :Partager

 

Le cri primal, c'est universel, ça se comprend dans toutes les langues et s'exprime sous toutes les latitudes. Et pour ce qui est du dress code, de Pékin jusqu'à Rio de Janeiro, une seule couleur : le noir.

 

Headbanging et samba

 

Si le Brésil s'embrase en ce moment contre la vie chère, le feu du metal couve en lui depuis trente ans. Les premiers groupes n’apparaissent qu'en 1985, à la fin de la dictature militaire. Leur émergence reste associée à celle de la démocratie au Brésil. Avant cela, impossible de se procurer une guitare électrique digne de ce nom. En janvier 85 le Festival Rock in Rio, accueille un million et demi de personnes en dix jours, l'équivalent de cinq fois Woodstock !

Aujourd'hui, la scène metal brésilienne est la plus active du continent sud américain. Parmi ses ambassadeurs : Angra (heavy metal symphonique) et les incontrounables Sepultura qui ont su méler Hardcore et percussions traditionnelles en collaborant avec Carlinhos Brown.

 

 

Tribal Metal in Botswana

 

Depuis quelques années, le Botswana dispute le leadership du metal à l'Afrique du Sud, où les groupes comme le public sont presque exclusivement blancs. Ce petit pays de moins de 2 millions d'habitants possède aujourd'hui l'une des scènes les plus dynamiques d'Afrique. Elus "groupe de l'année" lors des Botswana Music Awards 2002, les Metal Orizon pratiquent un metal tribal et engagé. Leur popularité tient selon eux du fait qu'il n' est "pas commun de voir des mecs noirs jouer du rock, particulièrement des africains"

 Metal Orizon, cliquez sur le player pour les écouter

Formés en 2000, leurs compatriotes de Wrust sont aujourd'hui réclamés par certains festivals européens. Mais le metal botswanais s'exporte encore difficilement car l'obtention d'un visa pour partir en tournée relève souvent du casse tête administratif. Et les moyens ne suivent pas toujours. Wurst a récemment du lancer une contribution auprès de ses fans pour partir jouer à Milan.

 

Metal oriental VS Frères Musulmans

 

Dans les pays musulmans aussi, le metal prend peu à peu son essor. En Egypte, de nombreux groupes se sont ainsi formés depuis la chute de Moubarak. Très suivis par les fans, ils sucitent aussi la défiance des autorités. Le groupe Origin en a fait l'amère expérience, récemment accusés d'actes satanistes par les Frères Musulmans au pouvoir. Vanessa Descouraux avait rencontré le groupe en septembre dernier au Caire. Ecoutez son reportage :

 

La plainte des Frères Musulmans n'a pas été suivi d'effets, mais cette situation n'est pas anecdotique. Elle s'inscrit dans un contexte global de restriction des libertés en Egypte, un an et demi après la chute du dictateur.

 

 

Un cri primal en mandarin

 

En Chine, le groupe de heavy metal pékinois Ordnance a eu le même type de problèmes en 2009. Jugé anti régime pour avoir evoqué l'absence de pluralisme politique dans son album Rock City, le combo a tout bonnement été privé de médias. Loin de se démonter, le groupe continue depuis d'écumer les scènes chinoises underground.

 

 

 

L'esprit rebelle de notre musique, c'est celui de la culture rock. C'est la remise en cause permanente de la société. Et plus les chinois écouteront du rock, plus le rock sera influent. Ca doit être comme ça.


 

 

 

 

 

Depuis, Ordnance a fait des émules. Le célèbre dissident chinois Ai Weiwei, (depuis peu ambassadeur de Reporters Sans Frontières) a décidé, à 55 ans, de se lancer dans le heavy metal. Emprisonné pendant près de trois mois en 2011, il a commencé à s'interesser à la musique en détention. Weiwei vient tout juste de publier son premier clip. Attention, c'est un calvaire pour les tympans, mais ça prouve que le metal ne sert pas qu'à bouger les cheveux.

 

Ecoutez notre tour du monde (non exhaustif) du metal en 3 min :

 

Reportage de Sébastien Sabiron (@sebsabiron)

/ le 22 juin 2013

Commentaires