Une fillette dénonce les clichés colportés par les fringues

Par Augustin Arrivé / le 04 octobre 2016
Une fillette dénonce les clichés colportés par les fringues
Filmée par sa mère, une petite fille de huit ans a tapé un scandale dans un magasin de vêtements, dénonçant les stéréotypes de genre véhiculés par les marques de prêt-à-porter pour enfants. La vidéo est devenue virale.

Il semblerait que la grosse tendance de cet automne soit de péter des câbles dans les galeries marchandes. Après ce client dijonnais d'Apple défonçant à coup de boule de pétanque un étal d'iPhones flambant neufs, vidéo vue près de quatre millions de fois et déjà parodiée par les trublions de Golden Moustache, c'est maintenant une petite Anglaise de huit ans, prénommée Daisy, qui s'en prend à une chaîne de magasins britannique, la marque Tesco.

 

 

Dans ce petit film, partagée sur la page Facebook de sa mère, elle se plaint des messages inscrits sur les tee-shirts pour enfants vendus dans cette grande surface. D'un côté "Hero", "Think Outside The Box" : une incitation à l'aventure et au dépassement de soi dans la gamme "garçon". De l'autre, "Beautiful", "I Feel Fabulous" : une valorisation de la superficialité et de l'esthétisme dans la gamme "fille" :

C'est injuste parce que tout le monde pense que les filles n'ont qu'à être jolies alors que les garçons doivent être aventureux, je ne comprends même pas pourquoi les vêtements pour garçons et ceux pour filles sont séparés.


 

On peut penser que la petite fille a été efficacement pilotée par sa mère, qui tient le smartphone, tant son discours paraît étonnamment argumenté pour son âge. La maman assure pourtant qu'il n'en est rien et que c'est lorsque Daisy s'est mise à lui expliquer son point de vue qu'elle a sorti la caméra. "J'étais très fière", raconte-t-elle au tabloïd britannique The Mirror, "je l'ai filmée pour la famille, je ne pensais pas que ça prendrait une telle ampleur".

1,6 million de visionnages plus tard, la petite fille est devenue un mini-phénomène viral, jusqu'à forcer la marque à réagir. Un porte-parole de Tesco, beau joueur, a envoyé des remerciements pour ces remarques. "Nous pouvons assurer à Daisy que de nouveaux modèles seront très bientôt en rayon." La mère de famille précise dans son post Facebook que l'indignation de sa fille ne vise pas directement Tesco mais que le problème des vêtements "genrés" se retrouve presque partout.

 

 

Bon et accessoirement, si vous vous demandez ce que Daisy faisait en kimono dans un grand magasin de Swindon (à l'ouest de l'Angleterre), la réponse est toute simple : elle vient d'avoir sa ceinture jaune de judo. Une couleur parfaitement unisexe.

 


Photo de couverture : Cc FlickR Brisbane City Council

 

Par Augustin Arrivé / le 04 octobre 2016

Commentaires