Un super-héros japonais au service de la prévention routière

Par Erika / le 14 avril 2015
Un superhéros japonais au service de la prévention routière
Kamen Rider, c'est un super-héros japonais aux allures de sauterelle, qui fait de la moto. Oui, bon... on vous l'accorde : c'est bizarre. Mais pour sa défense, il est depuis peu associé à une noble cause grâce à l'initiative d'un cosplayer, qui milite sous ses traits contre l'alcool au volant au Japon.

Les super-héros fourmillent au pays du soleil levant. Après Batman, qui a été aperçu sur les autoroutes nippones il y a quelques mois sur sa moto, c'est au tour d'un super-héros national, Kamen Rider, d'arpenter les routes. Et au service de la prévention routière, s'il vous plaît !


La série ne vous est peut être pas familière, mais Kamen Rider est très célèbre au Japon. Rapidement popularisée dans les années 70, la série posait les bases du Sentai, un genre mettant en scène des héros en armure combattant les forces du mal. Déclinée depuis en plus de vingt séries différentes, Kamen Rider fait presque office de trésor national.

Et c'est donc sous les traits du héros de la toute première série de 71 que ce Japonais, visiblement grand amateur de cosplay, a décidé de sévir. Il a été photographié et filmé sur sa moto dans le nord de la péninsule de Kyushu.

 

Immédiatement relayée sur Twitter, l'info a rapidement été enrichie de nouveaux clichés d'internautes ayant aperçu le héros masqué à différents endroits au Japon, jusque dans le Shikoku.

Son costume et surtout, sa moto, sont impressionnants de ressemblance comparés à l'original:

 

Mais c'est un petit détail qui a véritablement suscité l'engouement des internautes et de la presse : le brassard, fièrement arboré par le cosplayer, sur lequel est inscrit "stop à l'alcool au volant".

 

 

S'agit-il d'une seule et d'une même personne ? Difficile pour l'instant de le savoir. Plusieurs journaux locaux attribueraient l'initiative à Shinjiro Kumayaga, un artiste fabriquant des sculptures avec des boîtes de conserve.

Quoiqu'il en soit, il s'agit d'une démarche tout à son honneur, qui nous fait, on l'avoue, un peu jalouser de ne pas retrouver la même chose sur nos routes françaises.

 


Un article à retrouver sur Kotaku

Par Erika / le 14 avril 2015

Commentaires