Un rappeur saisit la Cour suprême

/ le 23 décembre 2015
Un rappeur saisit la Cour suprême
Un jeune rappeur saisit la Cour suprême américaine pour défendre un morceau dans lequel il dénonce le harcèlement d’entraineurs de son lycée envers des jeunes filles. Parmi ses soutiens, une demi-douzaine de rappeurs reconnus.

En 2010, Taylor Bell aka T-Bizzle a été viré de son lycée à cause d’une de ses chansons : PSK da Truth. Les paroles sont sans appel : « Looking down girls shirts, drool running down your mouth, going to get a pistol down your mouth  ». Traduction: « Vous regardez sous les chemises des filles, la bave au bord des lèvres, vous allez prendre un flingue dans la bouche ». C’est cette dernière rime qui lui a valu son exclusion. Le jeune homme a alors décidé d’attaquer son lycée. Pour lui elle n’est pas à prendre au pied de la lettre. Mais il perd le procès, la juge estime que ce sont bien des insultes et qu’il y a, en plus, des fautes de grammaire. Même résultat en appel: il décide de saisir la Cour suprême.

Le soutien de plusieurs célèbres figures du rap

T.I, Big Boi d’Outkast, Killer Mike et d’autres… Tous défendent le lycéen et ont envoyé un mémoire à la Cour. Ils estiment que le gouvernement « punit un jeune homme pour son art et pour le genre musical qu’il a choisi pour s’exprimer ».  Killer Mike enfonce le clou : « je pense que le tribunal comprend quand il s’agit de Johnny Cash ou Robert Nesta Marley ».  Comparaison intéressante avec deux artistes qui ont tous deux parlé dans leurs chansons de tirer sur des gens sans pour autant le faire, ni être inquiétés par la justice pour leurs paroles. Verdict en février.

 


Crédit photo : Facebook T-Bizzle
Par Pierre Cloix

/ le 23 décembre 2015

Commentaires