Un pirate écolo détourne vos films

/ le 26 mai 2014
Les écolos piratent vos films
Du 24 avril au 2 mai dernier, certains d'entre vous ont peut-être eu de drôles de surprises en téléchargeant les blockbusters du moment. Pas de panique : il ne s'agit pas d'une contre-attaque d'Hadopi, mais une action originale et créative, menée par un certain "GreenTorrent".

GreenTorrent, le Pirate-Ecolo-Clown

Le concept est simple : assis dans votre bon vieux canapé, une boîte de cookies à la main, vous regardez tranquillement le film que vous venez de télécharger, illégalement.

Vous l'avez choisi en VOSTFR, car les doublages en français, c'est jamais bien, et ça dénature le film.

Mais soudain, surprise ! Les sous-titres deviennent verts, et les personnages commencent à vous donner une leçon de moral :

Si vous n'avez pas dépensé un centime pour voir ce film, faites un don à Greenpeace avec l'argent économisé.


 

 

C'est l'oeuvre du sous-titreur GreenTorrent, qui s'est amusé à détourner des blockbusters, afin de rallier les amateurs de gros films américains à la cause de l'ONG Greenpeace.

Au total, treize films ont été piratés :

    Batman Begins
    Batman The Dark Knight
    Batman The Dark Night Rises
    Django Unchained
    Iron Man 1
    Iron Man 2
    Iron Man 3
    KickAss 1
    KickAss 2
    Man of Steel (Superman)
    Pulp Fiction
    Star Trek
    They Live​


Ces films à succès ont été diffusés sur des sites de téléchargements illégaux (inutile de vous donner des exemples, vous devez déjà les connaître) sous forme de fichiers torrent.

Les "Greenfilms" les plus téléchargés comptent pour le moment une centaine de téléchargements. C'est peu, mais assez pour faire parler, ici comme ailleurs. Malin, GreenTorrent avait posté des extraits de ses détournements sur YouTube et Dailymotion, afin de rendre son action plus visible.

Greenpeace ou pas Greenpeace ?

Bien que ce genre d'opération ressemble beaucoup à une action originale Greenpeace, l'association n'a pas revendiqué cette dernière.

 Axel Renaudin, le directeur de la communication de Greenpeace France, s'explique au Huffington Post :

Quand on lance une campagne on l’assume, ici c’est visiblement l’œuvre d’un sympathisant. Nous avons regardé les extraits disponibles sur YouTube, nous les trouvons plutôt drôles et créatifs mais les textes contiennent également des idées fausses sur ce que fait notre organisation, des clichés et des raccourcis rapides.


 

Pourtant l'ONG, qui maîtrise plutôt bien l'art du viral, nous avait habituée à des campagnes de la même trempe.

300 000€ d'amende et 3 ans de prison

Quoi qu'il en soit, le pirate GreenTorrent risque aujourd'hui jusqu'à trois ans d’emprisonnement et 300.000 euros d’amende pour "contrefaçon".

Cela dit, dès lors qu'un film est sous-titré sans les autorisations légales, l'auteur encourt une peine similaire. Le pirate écolo ne devrait pas se faire trop de soucis quant aux conséquences pénales de son action, étant donné le caractère altruiste de celle-ci.

Pour le plaisir des yeux, voici des extraits des films détournés. Certains liens sont déjà inactifs, mais d'autres restent visionnables.

 



Via le Huffington Post

 

/ le 26 mai 2014

Commentaires