Un peu d’amour pour les pigeons

/ le 13 février 2014
Un peu d’amour pour les pigeons
En visite dans la Silicon Valley devant les géants de l’économie numérique américaine, François Hollande s’est lancé dans une opération séduction au profit des start-up françaises. Objectif : séduire les entrepreneurs, à qui Fleur Pellerin, qui accompagnait le président, veut donner des "preuves d’amour".

Délaissé, le pigeon s’envole loin, et, parfois, ne revient pas. Et comme un pigeon cajolé est un pigeon heureux, Fleur Pellerin a voulu leur donner des "preuves d’amour". On ne connaît pas à la ministre déléguée à l’Economie numérique de passion particulière pour l’auguste volatile. Ses pigeons à elle, ce sont ces entrepreneurs des starts-up, françaises et américaines, parfois découragés par les lourdeurs administratives et la fiscalité hexagonales. Et qui quittent alors la France pour s’installer sous des cieux plus cléments. 

Des mesures dévoilées le 17 février

"Le milieu entrepreneurial a encore besoin de preuves d'amour", a-t-elle ainsi estimé en Californie, alors qu’elle accompagnait François Hollande en déplacement dans la Silicon Valley, en Californie, pour tenter de démontrer que la France regorge d'entreprises innovantes.  Et, surtout, pour marteler le message que la France n'est pas l'enfer administratif et fiscal décrit par la presse anglo-saxonne. Notamment, il a promis que les crédits alloués à la recherche publique et que les incitations fiscales comme le crédit impôt recherche seraient sanctuarisés durant son quinquennat. Une panoplie de mesures sera dévoilée par François Hollande le 17 février.

Doper le recours au crowdfunding 

Côté financement participatif, après un an de débat autour du crowdfunding, le président  a annoncé qu’un projet pourra recueillir jusqu'à un million d'euros de prêt sur une plateforme de financement participatif. Les particuliers devraient pouvoir y investir 1.000 euros chacun. De leur côté, les PME qui ont recours au crowdfunding en échange de parts sociales (le "crowdequity") pourront lever jusqu’à 750.000, voire 1 million d’euros sans être soumises aux contraintes de l’Autorité des marchés financiers. Selon Les Echos, Fleur Pellerin devrait formaliser cette annonce ce vendredi.

Ludovic Pauchant

/ le 13 février 2014

Commentaires