Un nouveau Snowden sort du bois

Par Augustin Arrivé / le 07 août 2014
[title]
Les vacances d'été ne se passent pas tout à fait comme prévu pour l'administration américaine. Un lanceur d'alerte vient de balancer sur internet une nouvelle somme de documents confidentiels sur la surveillance par l'Etat de la population américaine.

 

En juin 2013 (voilà un peu plus d'un an), Edward Snowden, ancien employé de la CIA et de la NSA, était très officiellement inculpé d'espionnage, de vol et d'utilisation illégale de biens gouvernementaux. La Maison Blanche était courroucée, mais le dit Snowden s'en moquait bien, tout exilé qu'il était déjà, caché à Hong-Kong, puis Moscou. Depuis, son complice journaliste, Glenn Greenwald, a fondé The Intercept, un nouveau magazine destiné à publier le même genre de scandales qui ont fait sa légende.

 

Y a-t-il une nouvelle taupe dans le renseignement américain ? © Newsy Videos

 

Ce mercredi, The Intercept balançait ainsi cet article, Le système secret de Barack Obama pour pister les terroristes, une mise à disposition de données chiffrées sur le profil des centaines de milliers de résidents américains surveillés par Washington. Les données les plus récentes datant d'août 2013 (postérieures à l'exil du patron), il va de soi que l'ex-agent a fait des émules.

Qui est ce nouveau lanceur d'alerte ? Mystère. Jeremy Scahill et Ryan Devereaux, qui signent le texte, évoquent simplement "une source dans les services de renseignement". Il ne fait aucun doute que les services en question s'arrachent déjà les cheveux. Car la source est bavarde. Et ce qu'elle explique, c'est que sous couvert de lutte contre le terrorisme, les Etats-Unis espionnent 280.000 personnes dont ils ne connaissent aucun lien avec un quelconque groupe terroriste.

 

Qui est surveillé pour contrer le risque terroriste ? © The Intercept

 

280.000, soit un peu plus de 43% de tout ceux qu'ils scrutent, épient, écoutent. La deuxième ville la plus observée en secret (après New York) s'appelle Dearborn, dans la banlieue de Detroit, bourgade du Michigan qui détient également le record du plus large taux de population d'origine Arabo-Américaine. Il n'y a peut-être pas de hasard. En vrac, on constate aussi un large déséquilibre entre les sexes (611.000 hommes sous surveillance contre 39.000 femmes), et une infime minorité de sans-papier (2.300 personnes sans VISA à jour).

Enfin on apprend que 130.000 personnes sont traquées via leurs données biométriques (Washington dispose même des empruntes d'iris de 29.000 d'entre elles). Et que 47.000 résidents américains étaient l'année dernière interdites de survol des Etats-Unis. Un nombre en constante progression.

 

Qui était interdit de survol des Etats-Unis l'an dernier ? © The Intercept

 

Ce programme de surveillance s'appelle TIDE. Et les données révélées cette semaine sont classées secrètes ou "No forn" (c'est à dire qu'elles ne doivent en aucun cas être communiquées à des gouvernements étrangers), une classification moins sensible que les documents "top secret" d'Edward Snowden mais largement suffisante pour offrir l'équipe Obama un nouveau bourbier.

 

Le Mouv' a interviewé Glenn Greenwald, le journaliste qui a publié les documents d'Edward Snowden. C'est à réécouter ici.

 

Photo de couverture : Cc FlickR David Blackwell

 

Par Augustin Arrivé / le 07 août 2014

Commentaires