Un Mondial de foot sans la France ?

/ le 29 juillet 2015
Un Mondial de foot sans la France ?
A moins de deux mois de la coupe du monde des sans-abri (du 12 au 19 septembre à Amsterdam), l’équipe de France n’a toujours pas bouclé son budget. Ses responsables dénoncent un manque d’intérêt de la Fédération.

10 000 euros : c’est la somme qu’il manque encore à l’équipe de France pour participer à la Homeless World Cup (coupe du monde des sans-abri). Aux équipes de France, même, car cette année, deux formations, une masculine et une autre féminine, seront du voyage pour les Pays-Bays soit 20 personnes (entre 18 et 35 ans). Facture globale : 45 000 euros.

C’est donc près d’un quart du budget nécessaire qui manque à La Boussole, la structure montpelliéraine qui organise l’opération. Un tournoi pas comme les autres car il a un important volet social rappelle Eléonore Angles, membre du collectif. Elle souligne, par exemple, que l’entraîneur de l’équipe féminine est une joueuse qui a participé à la Homeless World Cup en 2011.

Une édition 2011 alors organisée à Paris et qui avait attiré les projecteurs médiatiques. A l’époque, Emmanuel Petit, Lilian Thuram (champions du monde 1998) ou Arsène Wenger (manager d’Arsenal) figuraient parmi les parrains de l’événement. Aujourd’hui, ces Bleus SDF peinent à obtenir un soutien auprès de la Fédération française de football (que Mouv' n'est pas parvenue à joindre), assure Eléonore Angles :

Les années précédentes, elle ne répondait même pas à nos sollicitations. Cette année, elle nous a clairement dit qu’aucun joueur ne serait disponible pour nous parrainer. Et… qu’elle n’avait pas les fonds pour nous aider.


 

Pas de quoi décourager les bénévoles de la Boussole qui devraient malgré tout se rendre à Amsterdam, quitte à se mettre dans le rouge financièrement. Ce sera plus compliqué pour l’édition 2016 prévue au Canada. Si la situation se reproduit, l’équipe devra probablement déclarer forfait car les frais engagés (billets d’avion notamment) seraient d’une toute autre dimension...

Pour l’instant, l’équipe peut compter sur ses soutiens « historiques » (Crédit Agricole, Fondation Abbé Pierre et Nike pour les tenues). Elle ne désespère pas que la FFF fasse un geste. Ou qu’un généreux sponsor se dévoue… En attendant, la préparation continue. Après deux stages en début d’été à Toulouse et Montpellier, les équipes se réuniront une dernière fois à Esteville (près de Rouen) et Lille début septembre avant une compétition où l’on attend 48 nations



Crédit photo : Boutique Solidarité de Toulouse.

 

/ le 29 juillet 2015

Commentaires