Un meurtre, un selfie et un Snapchat

Par Valentine Letesse / le 10 février 2015
Un meurtre, un selfie et un Snapchat
Quoi de plus naturel pour un adolescent de 16 ans en 2015 que de prendre un selfie ? Rien, de toute évidence, pour Maxwell. L’adolescent américain, incarcéré pour meurtre, a envoyé une photo de lui et de sa victime sur Snapchat, à ses amis.

Mercredi dernier à Jeannette en Pennsylvanie, Ryan Mangan est retrouvé par sa mère dans une mare de sang devant sa maison. Assassiné d’une balle dans la tête. Vendredi 9 février, le meurtrier présumé était derrière les barreaux rapporte le Pittsburgh Tribune Review.

"Je n’avais jamais vu ça" raconte le procureur en charge de l’affaire. Si l’auteur du crime a été retrouvé si rapidement, c’est grâce à un selfie, qu’il a publié lui-même sur Snapchat. L’application censée envoyer des photos qui s’autodétruisent au bout de quelques secondes, est facile à détourner. Heureusement pour l’enquête, l’un des destinataires a eu la présence d’esprit de faire une capture d’écran. A l’image, Maxwell, l’adolescent fait face caméra. Derrière lui, sa victime, Ryan Mangan assis sur une chaise, le visage transpercé d’une balle.

"Ryan ne sera pas le dernier"

La photo parvient jusqu’aux policiers, et après perquisitions de la maison de Maxwell, l’arme du crime, et des messages encore plus alarmants envoyés à ses amis sont retrouvés. L’un d'eux, ressemble presque à des aveux : "Ryan ne sera pas le dernier." Avec de telles preuves, l’enquête est presque bouclée. Maxwell a fini par avouer le meurtre de son camarade de classe à la police, mais sans expliquer les raisons de son geste. Mis en examen et incarcéré sans possibilité de liberté sous caution, l’adolescent sera entendu au tribunal le 19 février.


Crédit Photo : wikipédia créative commons

Par Valentine Letesse / le 10 février 2015

Commentaires