Tuto : le guide de survie des rappeurs en télé

Par Yérim Sar / le 14 janvier 2016
Tuto : le guide de survie des rappeurs en télé
Le rap et la télévision, une grande histoire de désamour et d'incompréhension de la part de chacun des deux partis. On ne compte plus les grands moments de gêne, de solitude et de tension qui ont ponctué les invitations des rappeurs sur le petit écran. Voici un petit récapitulatif, certains spectateurs pourront s'en servir comme guide et certains rappeurs comme tuto.

 Jouer la provoc

Un grand classique qui a cependant tendance à se perdre, mais de toute façon, difficile de faire mieux que l'original. En 1995, le Ministère Ä.M.E.R est invité dans Ça se discute. Avec Doc Gynéco en homme-sandwich, Stomy vanneur et surtout Kenzy, le cerveau, qui enchaîne les bons mots provocateurs dès qu'on lui laisse la parole, le MÄ s'impose alors que ce n'était pas gagné.

Avantage : vous dites ce que vous voulez

Inconvénient : on peut toujours vous reprocher de ne pas être constructif

 

 

Jouer la pédagogie

Quand le rap français en est encore à ses débuts, il faut que des bons samaritains aient la volonté et la patience d'expliquer cette nouveauté au Français moyen. Quand c'est à La Marche du siècle, ça peut aller, quand c'est à Ciel mon mardi, c'est plus compliqué.

Avantage : vous faites découvrir une culture à des novices et vous défrichez le terrain pour tous ceux qui viendront après vous

Inconvénient : ça reste un job assez ingrat et si vous êtes malchanceux votre intervention sera parfois ennuyeuse à regarder

 

Quitter le plateau

Nagui est le mec gentil qui a fait un Taratata spécial rap, mais avant c'était le mec lourd qui sortait des vannes consternantes au Saïan Supa CrewPensez à rendre les micros, hahaha », c'était lui) et encore avant ça, c'était le mec qui avait réussi à faire dégager Fabe de son plateau. Concrètement c'était une émission où l'invité principal était Robert Charlebois, qui s'était lancé dans une parodie de rap juste avant le live de Fabe. Celui-ci a donc expliqué que c'était plus ou moins de la merde, le présentateur est monté au créneau pour son invité et le rappeur a assumé l'ultimatum (« on en reste là ? ») en s'en allant.

Avantage : vous ne vous laissez pas marcher dessus

Inconvénient : le quota sympathie dont vous disposiez au départ disparaît instantanément

 

 

Être face à ses ennemis naturels

Que ce soit face à Michelle Alliot-Marie (qui ressemblait alors furieusement à Mason de Snowpiercer, mais on ne juge pas) ou Eric Raoult, NTM a été confronté à la droite de son époque, avec déjà l'utilisation récurrente de l'argument phare qu'une tripotée de génies a repris régulièrement dans les années qui ont suivi, à savoir « vous vous plaignez mais vous, vous faites quoi aussi ? ».

Avantage : vous pouvez parfois vous défouler (c'est dans l'émission d'où est extraite la vidéo ci-dessus que Joey Starr lâche à M.A.M « t'en as pas marre de rigoler avec ton bridge ? ») et mettre tout le monde à la l'aise

Inconvénient : vous devez supporter l'odeur des ordures et absolument personne ne vous parlera de musique

 

S'amuser avec des ballons chez Christophe Dechavanne

Ces images étant insoutenables, pas de vidéo cette fois-ci. Quatre ans après leur première rencontre avec Dechavanne, IAM l'a retrouvé dans l'émission Coucou c'est nous pour une prestation qui leur a valu les foudres du microcosme hiphop de l'époque. C'est de là qu'est né le morceau Reste underground, en réponse aux critiques.

Avantage : grosse exposition grand public

Inconvénient : la majorité des autres rappeurs vous le reprocheront dans un premier temps

 

 

Revendiquer son point de vue

Lorsque Hamé et Ekoué de La Rumeur sont invités à Tout le monde en parle, ils sont au début de leur procès contre le Ministère de l'Intérieur et en pleine guerre contre Skyrock. C'est l'occasion de détailler le problème des bavures policières qu'ils dénoncent régulièrement. Présent également, Malek Boutih, ex-responsable de SOS Racisme et directeur des relations institutionnelles (quoi que cela puisse vouloir dire) de leur radio préférée. Ardisson étant ce qu'il est, le choix d'invités n'est pas anodin et les rappeurs expliquent à quel point ils méprisent l'énergumène en face d'eux pour son anti-racisme de façade. L'intéressé paniquera et lâchera un troublant « t'as beaucoup lu Gide », après avoir compris que l'entrée en boîte de nuit était le cadet des soucis de ses adversaires.

Avantage : non seulement vous pouvez expliquer vos positions mais en plus vous avez assez de latitude pour vous payer votre adversaire

Inconvénient : il faut être incollable niveau arguments ; en partant dans cette voie, vous vous faites repérer par des hyènes qui voudront vous piéger par la suite, et c'est ce qui est arrivé plus tard à nos deux amis chez Fogiel.

 

Etre soi-même

Première télé de MC Jean Gab'1 et pour un coup d'essai c'est un coup de maître puisque le bougre réussit à être émouvant, drôle, faire dire à Béatrice Dalle (compagne de JoeyStarr à l'époque) que B.O.S.S c'est pas terrible, et répondre à la place de Jack Lang.

Avantage : cela ne demande finalement pas beaucoup d'efforts (il suffit de se détendre)

Inconvénient : cela nécessite une histoire personnelle intéressante et un charisme naturel, sinon oubliez.

 

Abandonner

Oxmo Puccino a déposé les armes avant de venir sur le plateau, préférant parler calmement de son album et sa carrière en laissant passer à la fois le mépris du premier Eric outré du jeu de mot Black Jack Brel et les énormités du second Eric qui lui explique posément que Mama Lova c'était quand même un amas de clichés de merde (à partir d'une seule rime).

Détail amusant, l'artiste était reçu pour l'album L'Arme de paix, qui contient le morceau Masterciel, avec la rime « le rap une sous-culture ? Mais quelle idée, ce sont des propos de fils de canidés ». Sachant que Zemmour avait affirmé que le rap était une sous-culture, Oxmo le traitait purement et simplement de fils de chien dans ce savoureux passage, qui a mystérieusement échappé à l'écoute attentive que toute l'équipe de Laurent Ruquier a dû faire en amont. A moins que... Non, recevoir un artiste sans l'avoir écouté, ce serait du jamais vu à la télé française...

Avantage : vous ne vous fatiguez pas à parler à un mur

Inconvénient : il faut vraiment prendre sur vous

 

 

S'approprier l'émission (exception)

Cam'ron et le producteur Damon Dash sont invités par Bill O'Reilly, un réac notoire qui sévit depuis longtemps à la télévision américaine. Face à eux, il a trouvé un proviseur qui déplore les lyrics vulgaires mis en avant par le rappeur. Le débat commence normalement (sauf que le proviseur dit qu'il aime bien Jay-Z, faute grave face à Cam'ron, mais passons) sauf qu'après quelques minutes, Dash et Cam s'amusent à se foutre de la gueule de leur opposant dans un ping pong verbal assez amusant. En plus des arguments classiques sur le fait de mettre en avant leur réussite pour montrer l'exemple, ils se moquent ouvertement de lui et rient entre eux à gorge déployée, jouant de l'avantage du duplex. Mieux : lorsque le présentateur tente d'intervenir, ils le ridiculisent également en lui reprochant de ne pas être assez poli et impartial, sans parler de Cam'ron et son légendaire « I got dirt on you, doggie » qu'on pourrait traduire à peu près par « J'ai des dossiers sur toi, gros ».

Avantage : Vous renvoyez vos contradicteurs dans les cordes en gardant le sourire et vous devenez un sympathique meme sur le web quelques années plus tard.

Inconvénient : il faut avoir à la fois le sens du spectacle, de la répartie et suffisamment d'aplomb pour parler à tous vos interlocuteurs comme si c'était vos potes.

 

 

S'acharner dans un dialogue de sourd

C'est ce qui arrive quand un rappeur s'obstine à vouloir débattre alors que c'est inutile. Surtout lorsque l'on n'est pas assez solide niveau arguments, en infériorité numérique et présent pour défendre une œuvre apparemment attaquable facilement. Disiz en a fait les frais face à Zemmour et Naulleau.

Avantage : aucun, faut vraiment arrêter d'essayer, ça ne donnera jamais rien

Inconvénient : passer pour quelqu'un qui ne supporte pas la critique et surtout pour un abruti et une victime.

 

 

Etre un rappeur américain à la télé française

Une petite astuce qui vous permet d'esquiver l'intégralité des désagréments infligés aux rappeurs français. Peu importe que vous vendiez beaucoup moins qu'eux en France, vous avez l'aura d'une star internationale et c'est ainsi qu'on vous traitera. Vous aurez droit au même traitement qu'un acteur ou une chanteuse à succès.

Avantage : par où commencer ?

Inconvénient : on vous posera quand même des questions qui ont 10 ans de retard. Bienvenue en France, attention au décalage horaire.

 

Rester dans son personnage quoi qu'il arrive

Quand on pratique un rap comme celui de Kaaris, chaque apparition télé présente un risque : le sortir de son image de rappeur dur qui débite des lyrics très sales en le confrontant à une lecture très premier degré. Du coup, le Sevranais a opté pour un choix salutaire. Quoi qu'il arrive, il reste fidèle à son rôle, quitte à assumer le cliché du gros-noir-qui-fait-peur, mais toujours avec le sourire, comme pour rappeler que tout cela reste avant tout du divertissement. De sa première apparition au Before où il apparaissait en faisant des doigts à la caméra en passant par Salut les Terriens où ses réponses ont fait passer Henri Guaino de la grimace au sourire gêné jusqu'à la Boîte à questions du Grand Journal, il s'est bien amusé.

Avantage : niveau intervention wtf, c'est open-bar

Inconvénient : il faut être sur le coup, tout le temps

 

 

Être sympathique

Contre toute attente, celui qui s'en est le mieux sorti face à Zemmour, c'est La Fouine. En surjouant le côté souriant un peu bébête du rappeur de banlieue très heureux de sa réussite et content d'être à la télé, il a peu à peu désamorcé toutes les attaques et réserves de ceux qui lui faisaient face. Grand moment quand il commence à chanter du Brel et que Zemmour se met à fredonner avec lui.

A une moindre échelle, c'est aussi la méthode qui avait détendu l'atmosphère lors de la venue de Kool Shen qui avait tapé le ballon avec les chroniqueurs.

Avantage : tout le monde vous trouve gentil et vous n'êtes pas emmerdés

inconvénient : niveau jeu d'acteur, faut y aller à fond et assumer le côté bête de foire

 

Avoir le dernier mot

Invitée de Ce soir ou jamais pour un débat sur les élections, Casey s'était parfaitement intégrée au format télé tout en gardant son discours teigneux bien à elle. Puis vint la fin de l'émission, et là, grand moment. Un des intervenants commence à expliquer que les Français se plaignent trop, et la rappeuse l'interrompt pour dire que c'est peut-être grâce à ce trait de caractère qu'on a pu faire la révolution. Cela servira tout bonnement de conclusion au débat : « je vous arrête, c'est la fin », c'est ce que dit Frédéric Taddei lorsque l'homme veut répliquer même si on ne le voit pas dans l'extrait ci-dessus.

Avantage : c'est la grande classe et, quoi qu'il se soit passé avant, vous repartez gagnant

Inconvénient : il faut que ce soit dans une émission en direct

 

 

Refuser de venir

C'est encore la solution la plus sûre quand on n'est pas certain de savoir où l'on est tombé et à quelle sauce l'animateur et ses chroniqueurs comptent vous déguster. C'est ce qu'a récemment déclaré Rim'K, et c'était aussi la raison invoquée par Booba pour expliquer son refus de participer à On n'est pas couché période Zemmour. A l'heure d'internet, le passage télé n'est plus forcément le Graal, surtout lorsque l'on est à peu près sûr de ne pas être traité comme un invité normal.

Avantage : pas d'humiliation publique, pas de manipulation médiatique, pas de problème

Inconvénient : pas de promo dans la lucarne magique

 

 

Bonus : être face à Yann Moix

C'est arrivé à Nekfeu il y a quelque temps, et en bon wannabee-successeur d'Eric Zemmour, le chroniqueur s'est lancé dans une diatribe contre le rappeur tout en expliquant ne pas avoir grand-chose à dire sur son album. Le rappeur est resté silencieux puis a fait mine de prendre tout cela à la rigolade. C'est effectivement une solution, bien qu'un peu trop gentille.

Que vous ayez la patience zen d'un Nekfeu ou pas, si vous êtes rappeur et que Yann Moix vous envoie un peu trop de crottes de nez à la face, ne vous énervez surtout pas, attendez votre moment et rappelez-lui tranquillement qu'il est assez cocasse de juger les œuvres des autres quand on a fait Cinéman. Tout simplement.

Avantage : c'est réglé en une phrase

inconvénient : c'est vraiment un coup bas

 

 


 

Photo : Capture TV Canal +

 

Par Yérim Sar / le 14 janvier 2016

Commentaires