Top 15 : les meilleurs albums live du rap français

/ le 21 août 2017
Top 15 : les meilleurs albums live du rap français
Alors qu'une nouvelle génération incarnée par Nekfeu ou MHD remet la scène au premier plan, on vous offre le guide ultime des disques qui ont immortalisé les plus belles perfs live du rap français

Pendant les années 90 et 2000, l’importance attachée à la scène était telle que l’on considérait la qualité des performances live d’un rappeur comme l’un des principaux critères pour juger de sa valeur. Une réalité qui s’est petit à petit estompée, avec la popularisation des showcases, des spectacles plus courts, bien payés et moins contraignants, qui contentent finalement tout le monde : l’artiste, qui peut prendre plusieurs milliers d’euros en quelques dizaines de minutes, l’organisateur, qui remplit son établissement et retombe largement dans ses frais grâce au tarif des consommations, et le public, qui peut approcher ses artistes favoris sans payer une place de concert, et sans sortir de sa ville.

Mais depuis deux ans, le concert plus classique reprend peu à peu ses droits, sous l’impulsion d’une catégorie de rappeurs visiblement motivés à l’idée de brûler un maximum de scènes dans toute la France (et la Belgique) : Casseurs Flowteurs, Vald, Alkpote, Nekfeu, Lacraps, Big Flo et Oli, le TSR Crew, ou plus récemment Fianso … De tournées en festivals, ces artistes -et bien d’autres- ont fini par remettre la scène au centre de leur travail. Mais l’évènement qui a définitivement sanctionné le retour au premier plan des concerts de rap est bien la fameuse tournée L'Âge d’Or du Rap Français, qui, d’une part, a permis au public français de satisfaire sa soif nostalgique, et d’autre part, a confirmé que la scène, en France, était bien un sport dans lequel excellent particulièrement les anciens.

 

Symbole de cette perte d’influence du live au début des années 2010, la perte de vitesse des publications d’albums live, qui constituaient pourtant un grand classique pendant les années 2000. Ce type d’album, dont on peut toujours se poser la question de l’intérêt réel, tant l’impact du live est réduit sur disque, constituait quasiment une étape obligatoire pour compléter la discographie d’une tête d’affiche de l’époque : Psy4 de la Rime, NTM, IAM, Kery James, MC Solaar, la Fonky Family… tous ont ainsi enregistré un ou plusieurs lives.

Parmi les groupes encore réellement actifs, seuls les Casseurs Flowteurs, qui ont surpris l’année dernière en débarquant sans prévenir avec un album live, et la Sexion d’Assaut, dont l’unique captation de concert date déjà d’il y a cinq ans. S’il est difficile d’imaginer certains artistes actuels se lancer dans une telle entreprise, pour la simple et bonne raison que leur musique, basée sur l’utilisation d’outils particuliers comme l’autotune et très travaillée en post-production, est bien plus adaptée à un album studio qu’à la scène, d’autres seraient plutôt bien indiqués pour ce type de projet, et des albums live de Nekfeu ou MHD ne feraient certainement pas tâche au milieu de leurs discographies respectives.

Enregistrer un album live constitue une démarche bien particulière, mais le rap français nous a tout de même livré bon nombre d’exemples positifs, particulièrement entre la fin des années 90 et la fin des années 2000.

 

►   NTM - Deux Zéniths et un Bercy

Un maxi en 1995, un double-album en 2000, et un album en 2008, en plus d’un DVD : la discographie live du Suprême NTM est presque aussi conséquente que sa discographie studio. Rien d’étonnant pour un groupe réputé pour la qualité de ses performances scéniques, et pour l'énergie déployée pendant une heure trente à chaque apparition. Logique, donc, que le duo tente assez régulièrement d’exporter l’expérience sur disque. Si la folie n’est forcément pas la même que dans une fosse à quelques mètres de Joeystarr, on ressent tout de même ce qui constitue la véritable force du Suprême NTM, qui se donne à 200%.

 

►   Kool Shen - Dernier Round au Zénith

Visiblement pas rassasié par sa discographie live avec NTM, Kool Shen réitère l’expérience en solo en 2005, sur un concert qui est alors annoncé comme étant son dernier, à l’époque de sa première retraite. Évidemment, le show est assuré de bout en bout, avec une belle liste d’invités : Serum, Zoxea, Madizm, Sec Undo, et donc quasiment tout le crew IV My People de l’époque, mais aussi Rohff, Dadoo, Lord Kossity, et la double-surprise Sinik / Kery James sur That’s My People. Petite curiosité, Dernier Round au Zénith sort alors en format “DVD Plus”, avec une face CD audio et une face DVD. D’une pierre, deux coups.

 

►   Kery James - A mon public

 Malgré son image très posée et son tempérament d’un calme olympien en interview, Kery James est le genre de rappeur qui fait honneur à l’expression “mouiller le maillot sur scène”. Pour qui n’a jamais eu l’occasion de le voir en live, l’album A Mon Public est un bon moyen de se faire une idée du résultat, d’autant que là aussi, le concert est disponible en version audio sur CD d’une part, et en version vidéo, sur DVD, d’autre part.

 

►   Fonky Family - Live au Dôme de Marseille

Comme la majorité des grands groupes historiques du rap français, la FF a pris le temps d’immortaliser son parcours scénique avec un album live. A une époque où le groupe arrive en bout de course, et s’apprête à entamer la pente descendante, ce Live au Dome de Marseille apporte un souffle de vitalité à sa discographie. Quelques années plus tôt, des titres live avaient déjà été insérés au sein des projets Hors Série, preuve que la FF a toujours attaché beaucoup d’importance à proposer à son public la possibilité d’écouter ses concerts sur disque.

 

►   IAM - Retour aux Pyramides

Si le premier album live d’IAM est plutôt classique, puisqu’il s’agit de la captation d’un concert donné au Dôme de Marseille en 2004, et accompagné d’une version DVD, le deuxième est plus atypique, puisqu’il s’agit d’un concert donné en Egypte, au pied des Pyramides -et, forcément, filmé. En plus du décor incroyable, tout semble assez inhabituel pour un concert de rap : Akh et Shurik’n en chemise blanche, des musiciens sur scène, la police montée sur des chameaux, et des spectateurs tristement peu nombreux et beaucoup plus impressionnés par Je danse le MIA que par Demain c’est loin.



►   Assassin -
Double - Olympia

Années 2000 + groupe mythique du rap français = album live. C’est comme ça, c’est obligatoire. Dans le cas d’Assassin, un peu comme pour NTM, l’importance donnée à la scène est telle qu’il semblait inévitable qu’un gros concert finisse par être transposé sur disque. C’est le cas en 2002, avec un Olympia qui vient concrétiser la douzaine d’années de carrière de Squat et ses acolytes, puis en 2009, toujours à l’Olympia, avec notamment le retour de Solo. Deux albums particulièrement intéressants, qui permettent de rendre compte de la relation toujours très forte entre le groupe et son public, particulièrement réactif de bout en bout.

 

►   Secteur Ä - 22 Mai 1998

Peut-être LE concert les plus mythique de toute l’histoire du rap français, pour énormément de raisons. Premièrement, la motivation de l'événement : loin de représenter une simple volonté de faire fructifier la popularité de ses artistes, le Secteur Ä célèbre, les 22 et 23 mai 1998, l’anniversaire des 150 ans de l’abolition de l’esclavage. Une superbe initiative, d’autant qu’à l’époque, chacune des têtes d’affiche du collectif est au sommet de sa gloire. Voir apparaître Doc Gynéco, Stomy Bugsy, Passi, Arsenik, les Neg’Marrons -ainsi qu’Hamed Däye et Janik, moins populaires auprès du grand public- sur une même scène en 1998 reviendrait à voir Booba, Kaaris, Niska, Jul, Rohff et Lacrim sur une même scène aujourd’hui. Compliqué niveau relationnel.

 

►   Bisso na Bisso - Live in Paris

Un an après ce fameux concert du Secteur Ä à l’Olympia, une partie des membres du collectif prend un virage musical et se lance dans l’aventure Bisso na Bisso. Un succès immédiat, qui aboutit rapidement à un gros concert au Zénith de Paris, plutôt efficace car la plupart des titres proposés par le groupe sont alors plutôt bien calibrés pour la scène, avec une ambiance beaucoup plus enjouée que celle d’un concert de rap plus classique.


►   MC Solaar - Le tour de la question

L’une des premières stars du rap en France ne pouvait pas y couper : en 1998, son premier -et jusqu’ici, unique- album live représente un excellent condensé de ses premières années de carrière et de ses quatre premiers albums, et fait donc presque office de bonne porte d’entrée dans sa discographie, pour qui ne saurait pas par quel album commencer, d’autant que Solaar en concert reste assez sobre, et qu’il n’existe donc pas forcément toujours énormément de différences entre un titre live et sa version studio.


►   Oxmo - Black Tour Desperado puis Minutes Magiques

Bien que les deux albums live d’Oxmo n’apparaissent pas comme les moments les plus marquants de sa discographie, il est intéressant de noter, avec quelques années de recul, qu’ils marquent deux tournants dans la carrière du rappeur. Le Black Tour Desperado, en 2005, vient en effet mettre un point final au parcours du premier Oxmo, celui d’Opera Puccino, de l’Amour est Mort et de Cactus de Sibérie ; Minutes Magiques, en 2010, représente son passage définitif à son style actuel à mi-chemin entre rap et chanson française, après quelques années de transition pendant la deuxième moitié des années 2000.

 

►   Urban Peace

Un cas atypique dans la longue histoire des albums live dans le rap français, puisque ce concert réunit, en 2002, la quasi-totalité des têtes d’affiches de l’époque. Résultat, le CD ressemble plus à une compilation de lives qu’à un véritable concert unique, et si on ne peut clairement pas espérer s’ambiancer en l’écoutant, il représente, avec quinze ans de recul, un bon panorama du rap le plus populaire au début des années 2000.

 

►   Diam’s - Ma Vie, mon Live puis Au Tour de ma Bulle

Plutôt attachée à la scène et à au lien particulier qu’elle entretenait avec son public, Diam’s a profité des deux tournées à la suite de ses deux plus gros albums, Brut de Femme en 2003, et Dans ma Bulle en 2006, pour immortaliser ses plus grands moments de gloire avec deux albums live. Comme la plupart des cas post-2000 de cette liste, ces albums sont évidemment accompagnés d’une version DVD, avec un format plutôt atypique pour le premier de la liste, qui ne propose que 8 pistes en version audio mais plus d’une vingtaine en version vidéo -bien que tous les titres soient entièrement disponibles aujourd’hui sur les plateformes de streaming/téléchargement.

 

►   Rohff - Zénith Classics

En 2009, Rohff est au sommet de sa gloire, un an après le succès phénoménal du Code de l’Horreur et de ses fameuses 58400 ventes en première semaine, un record que le rappeur aime rappeler régulièrement. Un succès qui se prolonge en tournée, avec des salles pleines dans toute la France,quelques sauts dans la foule, et deux dates à Paris : une à l’Olympia en avril, et une au Zénith en Octobre. C’est ce dernier concert qui est finalement capté et proposé en CD/DVD, l’occasion de constater que Rohff mouille vraiment beaucoup le maillot sur scène.

 


►   Saian Supa Crew - Hold up Tour

Entre son amour de la performance, son énergie caractéristique, et sa capacité à marier les genres, le Saian Supa Crew était une formation particulièrement bien calibrée pour la scène. Il est donc presque étonnant de constater que le seul album live du groupe constitue la ligne finale de sa discographie, ce qui représente malgré tout une belle manière de refermer la page et de dire au revoir à son public.

 

 


Crédit photo :  Pascal Parrot / Getty Images

/ le 21 août 2017

Commentaires