Telecomix contre "l'Ayraultport"

Par Pierre Breteau / le 06 novembre 2012
Telecomix contre "l'Ayraultport" de Notre-Dame-des-Landes
Une petite partie des agents de Telecomix, ces "gentils" hackers, ont rejoint les opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Dans une ambiance potache et sur fond de chatons, ils apportent leurs connaissances aux campeurs autonomes de la Zone d'Aménagement Différée.

 

"On a trouvé un espace à ce qui correspond à ce que nous contruisons sur Internet", commence BaN. Il fait partie de la petite dizaine d'agents de Telecomix qui ont choisi de rejoindre les militants opposés à l'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, voulu par un Jean-Marc Ayrault alors maire de Nantes. C'est "un lieu où tout le monde est le bienvenu, un lieu autogéré avec aussi une préoccupation écologique", ajoute-t-il.

Comme des poissons dans l'eau, ces "gentils" hackers : même moyenne d'âge, même population cosmopolite et même culture du DIY (le Do It Yourself, le système D en bon français). Autrement dit, c'est Internet mais en vrai.

Ces militants à l'ancienne, rejoints par les agents de Télécomix, sont au départ agriculteurs, voisins, anciens altermondialistes, syndicalistes ou politiques. Tout récemment, c'est l'ancien listier régional d'Europe Écologie-Les Verts, Stéphane Hessel qui a apporté son soutien aux campeurs de la ZAD

ZAD contre État

La ZAD, c'est cette Zone d'aménagement différée, créée dans les années 70. Elle permet d'empêcher quiconque de venir s'y installer, en attendant de pouvoir commencer les travaux. Pour les opposants, elle est devenue la Zone à défendre ou la Zone autonome définitive. Ces opposants au projet occupent les lieux depuis des mois, ils y ont installé leurs maisons, souvent faites avec les moyens du bord, des potagers, etc.

 

Les CRS ont commencé à expulser les campeurs le 16 octobre dernier. 

 

Depuis cet été, certains agents de Telecomix ont donc commencé à prendre part aux actions, "mais rien d'illégal" précise Élodie, "déposer des coquilles Saint-Jacques pourries devant la préfecture, c'est illégal ?", s'amuse-t-elle. Elle aussi agent de Telecomix, elle s'énerve presque quand elle voit le "gâchis" que serait la création d'un aéroport au nord de Nantes : "Alors que celui d'Angers n'est qu'à 36 minutes en TGV de Nantes et qu'il ne tourne qu'à 15 % de sa capacité." En plus, "on pourrait sauver des chatons", précise-t-elle.

Apporter son savoir-faire

BaN et Élodie expliquent qu'ils sont des "militants comme les autres". Cela dit, ils arrivent sur place avec leurs connaissances : "On met en place des outils et on invite [les autres militants] à les utiliser." De l'installation de blog, de listes de diffusion, de robots sur les réseaux sociaux à de la comm, ils couvrent tous les usages d'Internet.

Parmi ces agents, il y a KheOps. L'an dernier, c'est lui qui avait lancé l'OpSyria, une opération destinée à venir en aide techniquement aux rebelles syriens : leur expliquer comment sécuriser une connexion, sortir les vidéos du pays ou encore crypter ses courriels. Cette fois, il travaille sur un projet de réseau wifi maillé, pour connecter toutes les maisons de la ZAD : "Pas évident, il y a plein de contraintes techniques, mais ça aboutira peut-être à moyen terme."

Ces militants du web participent aussi aux collectes de vêtements ou de nourriture pour les campeurs, à l'ancienne donc. Et ils se voient vraiment comme des militants comme les autres. Comme les autres d'ailleurs, ce projet d'aéroport n'aura aucun mal "à leur faire préférer le train".

Par Pierre Breteau / le 06 novembre 2012

Commentaires