Télé-crochets : la fièvre hip hop

/ le 03 septembre 2016
Télé-crochets : la fièvre hip hop
Le rap investit de plus en plus d'étages de l'industrie culturelle. Nouvelle preuve de cette évolution, les Toulousains Bigflo et Oli seront coaches pour la version belge de "The Voice." L'occasion de se pencher sur les liens entre le rap et les télé-crochets

L’industrie du disque invite le hip hop, l’éternel petit dernier à la table des négociations pour dénicher l’artiste de demain. Hasard ou légitimité, cela reste un réel coup de projecteur pour cette discipline parfois complimentée comme le fit Charles Aznavour en 2008 dans l'émission Tenue de soirée sur France 2 :

Disons que la chanson française à l’heure actuelle à un avantage fantastique, c’est que les rappeurs et les slameurs écrivent merveilleusement notre langue… 


Trop souvent, il lui arrive aussi d’être tantôt décrié : « Le rap est une sous culture d’analphabète » (Éric Zemmour, l’Hebdo sur France Ô, 2008).

 

En cette rentrée, deux représentants de cette "pseudo-culture de bas étage" (selon Eric Z) sont à l’honneur… Bigflo & Oli sont partis auditionner les cordes vocales des « Diables rouges ». Ils seront les prochains membres du jury de the Voice Belgique saison 6, aux côtés de Quentin Mosimann (gagnant de Star Academy 7), BJ Scott (auteure-compositrice-interprète) et Marc Pinilla (membre du groupe Suarez). Les deux frères feront leurs preuves de l’autre côté de l’Yser :

« Parler de..., parler de... nous aussi, on peut l’faire, montrer les..., parler des... nous aussi, on peut l’faire… » (Bigflo & Oli – Nous aussi)

En attendant d'éventellement monter sur le trône du rap game, ils pourront se targuer de s’asseoir sur les fameux sièges rouges pivotants et ainsi ajouter une ligne à leur impressionnant palmarès.

 

Neuf ans plus tôt, Son Altesse Double S alias Passi ouvrait le bal de la collaboration entre les rappeurs et les programmes musicaux avec la Star Ac 7. Celui qui décortiquait le P.A.F en 1997 peut être qualifié de visionnaire :

« La Une, la Deux m’ont pris dans leur jeu, la Trois, la » Quatre je zappe et je mate… » (Passi - je zappe et je mate

Comme le mentionnent ces paroles soufflées par madame Irma, TF1 l’a pris dans son jeu pour juger les prestations scéniques des candidats sans les potes du Secteur Ä ni les cousins du Bisso na Bisso mais avec Pascal Nègre (Président Universal Musical France) et Yvan Cassar (musicien). Ce pionnier l’a bien compris, car : « C’est toujours du rap bizness, si l’MC est champion, s’il est dans la tendance, en avance, toi tu danses et si tu fous le son à fond. » (Passi – Rap Bizness)  

 

En 2007, sortait chez la chaine concurrente M6, une version « plus rap, plus R & B » du programme Popstars. Youssoupha, le Prims Parolier, était au poste de professeur d’écriture des candidats pour accompagner les membres du jury Sebastien Farran (manager de Joeystarr), Benjamin Chulvanij (créateur du label Hostile Records et patron de Def Jam France aujourd'hui), Ophélie Winter (chanteuse) ainsi que Mya Frye (chorégraphe). Cette saison de Popstars avait fait éclore Sheryfa Luna.

Six ans plus tard, toujours dans Popstars (mais cette fois-ci sur D8), c’était au tour de la Fouine d’entrer dans la danse en tant que membre du jury, de mettre en lumière son « Drôle de Parcours ». À ses côtés, on pouvait compter Alexia Laroche-Joubert (Productrice d’émission), Mareva Galenter (Miss France 99), Philippe Gandilhon (Directeur artistique Columbia/Sony Music France). Fouiny Babe illustrera son évolution plus tard dans son morceau : « Fête des Mères » : « Fourgon, cellule, bédo, braco, coke, chtars, tournée, platine, promo, télé, radio, Popstars… »

Le programme de divertissement musical lui a permis de mettre à jour son curriculum vitae et découvrir également Cindy, l’une des membres de son groupe la Team BS. Non loin d’être un mirage dans, Maître Gims fait son apparition dans l’émission et laisse éclater sa vibe tubesque après avoir sorti l’album Subliminal. Il rend visite aux candidats,  donne quelques conseils et l’aventure se finit par le morceau : « Au top » écrit de ses mains pour les gagnantes, un The Mess » des Pussycat Dolls à la française. 

 

N'oublions pas l’ambassadeur du 93 : Joeystarr est le dernier en date avoir représenté le hip hop dans un télé-crochet en 2016 sur D8. Il était membre du jury pour la douzième saison de Nouvelle Star aux côtés de Sinclair, André Manoukian, Élodie Frégé.

« Dis bonjour au mauvais garçon, regarde les flammes dans mon iris, brûle sous mes lyrics... » (Joeystarr – Bad Boy)

Connu pour sa gouaille et son côté sulfureux, le mauvais garçon, le sniper a fait mouche en envoyant valser d’un petit revers le chroniqueur de TPMP Gilles Verdez, ce qui a électrisé le P.A.F pendant toute une semaine… Ce qui a engendré la chasse au félin en oubliant la fameuse mise en garde qu’il revendique depuis tant d’années : « Gare au jaguar ! »

 

Malgré tous ces chassés-croisés, les rappeurs n’apparaissent qu’au compte-gouttes dans les télé-crochets, mais ce n’est pas pour autant que la visibilité global de ce genre musical change, pas plus que son traitement dans les médias traditionnels. On est toujours loin de nos confrères anglo-saxons dans ce domaine (citons par exemple les deux Jimmy : Fallon et Kimmel...). Un petit pas pour nos rappeurs... et un petit pas pour le hip-hop.


 

Par Lansala Delcielo

Crédit photo : David Wolff - Patrick / Getty Images

/ le 03 septembre 2016

Commentaires