Survivre dans les camps de Bangui

Par Antoine Giniaux / le 07 janvier 2014
Survivre dans les camps de Bangui
Voilà maintenant un mois que l'armée française est déployée en Centrafrique. La population perd patience face à une situation bien loin de s'apaiser. Des dizaines de milliers de personnes se massent dans des camps insalubres près de la capitale.

 

Antoine Giniaux, envoyé spécial de Radio France en Centrafrique, s'est rendu dans le camp de réfugiés de M'Poko. Son reportage en cliquant ci-dessous :

 

Ils sont 100.000 entassés à M'Poko, près de l'aéroport de Bangui. Pour échapper aux violences des milices, la population fuit la capitale et se retrouve là, dans un désordre général. Plus aucune aide n'arrive ici. Sous les baches en plastique, on dort par terre, sans moustiquaire en pleine zone de palu. Chaque réfugié a droit à un litre d'eau par jour à la citerne. Pour le reste, il faut se débrouiller. 1.000 FCFA le kilo de riz. Le troc réapparaît.

 

Dans une ruelle boueuse de M'Poko, entre deux bâches © Gilles Gallinaro, Radio France

 

Mais la principale inquiétude, c'est la sécurité. Les militaires semblent avoir mieux à faire que surveiller le bidonville : aucun blindé à proximité. Alors on se protège, la plupart des survivants se balade dans les travées, un couteau à la ceinture. Tiriak, étudiant en droit, désespère de voir la situation s'améliorer. "On comptait sur la France, mais maintenant c'est comme si l'opération Sangaris était en train de lâcher : on découvre de nouvelles armes chaque jour."

 

Dans les rues de Bangui, les protestations se multiplient contre la présence française. Au passage des soldats, les sifflements se joignent aux jets de pierre. Pas de soldat à M'Poko, mais la même déception. Richard est venu ici avec un petit poste de radio, et il n'en peut plus d'entendre le résumé des combats. "On ne sait pas si c'est dû à l'incapacité de l'armée française mais ça semblait avancer plus vite en Côte d'Ivoire et au Mali."

 

Le Mouv' a déjà consacré une matinale à la Centrafrique. Réécoutez cette émission par ici.

Et parce qu'il y a toujours un Vera Cruz à l'autre bout du monde, retrouvez nos reportages en cliquant ici.

 

 


 

Photo de couverture : Gilles Gallinaro, Radio France

 

Par Antoine Giniaux / le 07 janvier 2014

Commentaires