"Star Wars" et le rap, une grande histoire d'amour

Par Yérim Sar / le 16 décembre 2015
"Star Wars" et le rap, une grande histoire d'amour
A l'occasion de la sortie de l'"Episode VII" tant attendu par les fans de sabre laser, voici une petite sélection maison de nombreux lyrics et morceaux de rappeurs qui partagent un point commun : les références à la saga.

En réalité, le nombre de clins d’œil à la franchise créée par Georges Lucas sont bien trop nombreuses dans les textes de rap. Et on ne vous parle pas des rappeurs français qui ont simplement évoqué « la musique de Star Wars » pour faire allusion au son qui accompagne souvent les bouteilles de Mathusalem en boîte de nuit, non. Comme tout le monde, les rappeurs ont été pour la plupart biberonnés à la pop culture, et La Guerre des étoiles reste incontournable. Petit florilège non-exhaustif.

 

HAN SOLO

« I Strike the Empire Back, I Strike the Empire Back, Fuck the Empire, flying high like the Millenium Falcon piloted by Han Solo »

Contrairement aux apparences, dans cet extrait de Know That Mos Def n'est pas juste un fan hystérique, puisque l'Empire dont il parle évoque aussi le système, l'impérialisme en général et d'autres concepts pas jojos. Ce qui ne l'empêche pas d'enchaîner avec une dédicace au vaisseau du héros dans la rime suivante.

Notons également que le nom du personnage a carrément servi de titre à un morceau de Mac Dre :

 

OBI WAN

« Y'aura jamais de one-one, bitch, c'est pas la fête, je suis Obi Wan, bitch, t'es Jango Fett » (Sinaloa)

Pour expliquer à son interlocuteur imaginaire qu'il ne prendra même pas le temps de l'affronter, Kaaris se compare tranquillement au maître Jedi et et place son adversaire au niveau de Jango, « simple » chasseur de primes. Problème : il y a bien un combat entre les 2 personnages dans un film, et Fett se débrouille plutôt pas mal dans un premier temps. Par contre il finit par s'enfuir, et ça c'est sans doute un peu la honte selon le rappeur de Sevran.

"Tell them ho, take they clothes off slowly, hit em with the Force like Obi"

La Force que contrôle Obi est utilisée d'une merveilleuse façon par Biggie dans Hypnotize, c'est-à-dire pour pénétrer des jeunes demoiselles. C'est un point commun avec MF Grimm qui, dans Tick Tick, compare la mort du Jedi (coupé en 2) à l'état des fesses de sa proie d'un soir une fois qu'il en a fini avec elle : « Chop that ass in half like obi wan knobi ».

Le personnage semble être aussi le chouchou de Booba, qui, entre l'entraînement dans Double Poney (« mon hobby : me taper au sabre avec Obi Wan Kenobi) et la détente dans un club de strip-tease (« Avec mon shab Obi-Wan Kenobi au K.O.D ») sur O.G, semble passer des moments ludiques et enrichissants avec le vieil homme.

 

"And I keep the hood with me like Obi Wan Kenobi"

Ludacris, plus raisonnable, nous explique qu'il reste proche du ghetto « comme Kenobi », faisant référence à la version âgée du héros, qui garde tout le temps les mêmes vêtements, comparables à un hoodie, sweat à capuche. Jeu de mot. Drôle.

 

"Know me, I'm the Obi-Wan Kenobi of the dope see"

Pas sûr que l'intéressé aurait cautionné ce genre de déviances, mais Twista se voit comme l'Obi-Wan de la dope, sous-entendu celui qui contrôle tout. Mais pour ne pas offenser le vieux barbu, il joue également sur le double sens de « dope » qui désigne aussi sa musique car elle est de qualité. C'est aussi ça la sagesse.

 

 

LUKE SKYWALKER

Il existe une ribambelle de simple citations ("The fly guy with the Force like Luke Sky" de Redman sur I Can't Wait, « Sabre laser à Skywalker est dans mon fourreau » de Booba sur Jour de paie, « Man ask Luke Skywalker if the force failed » d'Andre Nickatina sur 4AM Bay Bridge Music...) mais certaines sont particulièrement savoureuses :

"The new skywalker, I’ll put your hoe in a body auction"

Juicy J fait en fait référence non pas à l'héroïsme de Luke mais à un épisode assez humiliant que subit la Princesse Leia (achetée lors d'une vente aux enchères en tant qu'esclave sexuelle ou en tout cas ça y ressemble fort), et déclare tranquillement qu'il fera subir la même chose à d'autres. A chacun son interprétation du film.

"Luke I am your father"

Sur Insane, Lil B semble classique mais pas vraiment : on ne sait pas bien s'il se contente de reprendre la réplique culte ou s'il sous-entend qu'il a tellement eu de conquêtes qu'il est le père de Luke. Mais ce qui est sûr c'est qu'à la fin du morceau il répète cette idée, s'adressant cette fois à une femme de petite vertu (« Ho suck my dick cause I look like her father », parce que l'inceste reste une valeur sûre). Ou peut-être traite-t-il simplement Luke de salope, c'est aussi une option.

 

DARK VADOR

Etant le grand méchant, l'asthmatique le plus célèbre du cinéma écope de simples phrases egotrip ("I'm cut from the same cloth that produced Vader" de Ill Bill, « Le rap sans moi c'est comme le côté obscur sans Dark Vador » de Swift Guad) la plupart du temps. Dans Sasquatch, Ice Cube a, lui aussi, opté pour une simplicité salutaire : "I’m Darth Vader, you Obi Wan Kenobi, bitch."

Mais il existe des exceptions :

"je suis un jeune débrouillard, d'accord, j'vendrais de la ventoline à Dark Vador

Sur Block to the future, le français Tiers Monde a préféré une blagounette, et effectivement, il y a des chances que le personnage fasse bon usage de ventoline, un inhalateur étant moins encombrant que son armure. Par contre c'est légèrement moins stylé.

Mentionnons aussi le retour du cinglé Lil B, toujours passionné par ses ressemblances (improbables et inexistantes) avec des célébrités qui selon lui, apportent certains avantages : "Ten on my dick cause I'm Darth Vader"

 

 

ANAKIN

Oui, même s'il s'agit du même homme, il faut faire la différence entre Dark Vador et Anakin puisque le 1er est considéré comme un des méchants les plus mémorables du grand écran tandis que le second est considéré comme une insulte à un des méchants les plus mémorables du grand écran. M'enfin c'est pas le sujet. Anakin étant avant tout un loser, il est extrêmement populaire chez les rappeurs français : outre Lun1k et son street album baptisé d'après le personnage, on a Zekwe qui se définit comme un « Anakin nourri à la morue et la Dakatine » (il est d'origine cap-verdienne, ça arrive), Kery James qui se reconnaît dans son « côté face ténébreux, un côté sage qui semble n'être une mascarade fragile, parce que comme Anakin, j'ai la colère facile »). Il faut dire que « Anakin » est surtout très facile à faire rimer en français. Une pensée pour les Casseurs-Flowters qui l'ont enchaîné avec « sur ta platine », « palpatine » et last but not least « sac à  pine » sur Arrête.

Vient ensuite le parallèle optimiste entre sabre laser et sexe : "J'ai envie d'ken, j'ai la force comme Anakin, j'opère au laser" (Booba sur HLM 3), "Anakin : Les ladies comparent son sabre laser à la longueur de ma pine" (Ol Kainry sur Crie mon nom).

Sauf que le côté faiblard du perso a été détecté par certains. On retrouve Booba, qui en une dizaine d'années a dû revoir le film et constater que le « héros » n'était qu'un crétin : "Anakin j'lui nique sa mère, j'suis en vale-ca interstellaire" (Rolex).

Et le plus hostile semble être Kaaris, avec d'abord un concours de muscle version Jedi (« Plus de midi-chloriens que Anakin » sur Mauvais Djo) mais aussi une menace avec un pétillant « Je l'enfile dans la chatte à la cousine d'Anakin » (Les mains dans le dos). Sachant que personne ne sait qui est la cousine d'Anakin, on peut laisser à K2A le bénéfice du doute en attendant d'avoir la validation de Disney et George Lucas.

Le personnage pourra se consoler avec Jay Electronica et son Anakin's prayer.

 

LES JEDI

Si l'on met de côté les innombrables « c'est le retour du Jedi » français (comme Rohff sur Pétrole) ou Américain (comme Jay-Z sur Cashmere Thoughts) il reste quand même le groupe Jedi Mind Tricks qui s'est baptisé ainsi en référence aux personnages.

 

GREEDO

Non, Greedo n'est pas connu, mais il est devenu culte chez les fans et autres geeks car c'est lui que Han Solo élimine lors de sa 1ère scène dans le 1er Star Wars. L'extra-terrestre a donc une mini-séquence. Le Klub des loosers, fidèle à son concept, lui a donc rendu hommage dans un morceau entier :

 

 

CHEWBACCA

"When I pulled out my Chewbacca dick she said CHEWIEEEEE!!"

Quoi de mieux pour poser l'ambiance que cette rime enthousiaste de Psycho Les des Beatnuts sur Story 2000 ?

Le côté barbe de (plus de) 3 jours est quant à lui assumé par Orelsan («Je suis pas sorti depuis des mois, j'ai la gueule d'un Wookiee » sur Freestyle assisté par ordinateur )

Cette fourrure attire Kanye West mais attention, c'est pour ses vêtements, standing oblige : Star Wars fur, yeah, I'm rockin' Chewbacca. Chacun son standing, désolé Chewie.

"Coupe the same color Chewbacca is & you's a nigga everybody hates like Jar Jar Binks"

Ras Kass dresse une comparaison avec le poilu mais en profite surtout pour tacler Jar Jar, un personnage unanimement méprisé par les fans, et ce n'est que justice.

 

 

YODA

Second meilleur pote de Booba après Obi-Wan, Yoda a eu droit à un son qui porte son nom de la part du rappeur de Boulogne, ainsi que la rime écrite d'après sa façon de parler à l'envers : « aussi méchant est-il, pourquoi ? Maître Yoda, celle-ci est pour toi ! » dans Fast Life.

Outre la sagesse légendaire revendiquée par RZA sur Code Red ("I think with the Force of Yoda"), on a Maître Gims sur Eh Merde qui reste détendu : « T'es Obiwan Kenobi ? Y'a pas de galère moi j'suis Yoda ! » La clé du succès c'est aussi savoir s'adapter.

 

...ET TOUT LE RESTE

"I'm in the clouds like my man Calrissian, Lando!"

Il était plus que temps que quelqu'un, quelque part, rende hommage à ce personnage et il faut dire merci à RZA pour ça.

"I'm hard headed, my dick look like R2D2"

Ras Kass nous fait quant à lui part de son anatomie apparemment high tech et bruyante.

 

"I'll treat you like a Tauntaun, slash ya flesh"

Esoteric a retenu comment s'appelait la race des montures des héros sur la planète enneigée, rien que pour ça on peut dire bravo. Même si ensuite il explique qu'il fouettera la peau de son interlocuteur comme s'il était lui aussi un « tauntaun ».

 

"As long as I pledge alligience to the Dark Side, I'll neva die" (Cradle Rock)

Apparemment Method Man n'a pas vraiment compris que c'était une arnaque, mais Anakin commettait la même erreur en jurant fidélité à l'Empereur. La différence c'est que lui n'avait pas vu le film.

Dans Moi vs Moi, Ol Kainry & Medine développent l'idée de lutte intérieure et finissent fatalement par parler du côté bon et du côté obscur pour Ol Kainry, tandis que Medine se compare à un Sith capuché.

 

"Elle a reconnu le comte Dooku, ma bite s’élève pour lui faire coucou " (Kaaris, "D.K")

Oui, bon, pourquoi pas ? Pas sûr que le personnage de méchant incarné par Christopher Lee ait été conçu pour évoquer un pénis en érection, mais ça peut se défendre.

 

Talib Kweli nous offre une analogie plus sérieuse avec « we go through episodes too, like Attack of the Clones, work till we break our back and you hear the crack of the bone » : ce sont les déshérités qui sont comparés aux Clones de l'Attaque des clones, sacrifiables à l'envie et à qui on ne demande jamais leur avis, jusqu'à leur mort.

Eminem s'en donne à cœur joie dans Rhyme Or Reason avec d'abord un sympathique "Puke Skywalker, but sound like Chewbacca when I talk" qui pose le personnage, avant d'enchaîner sur une image plus sage où il se met au niveau d'expérience d'un maître Jedi "Back with the Yoda of rap, in a spasm,your music usually has ’em but waned for the game, your enthusiasm it hasn’t, you must, Rick Rubin, my little Padawan, a Jedi in training".

 

GEORGE LUCAS HIMSELF

Outre le name-dropping évident ("He's a star, I bring the war, kinda like George Lucas"de Brotha Lynch Hung par exemple) on trouve aussi :

"You know you're spaced the fuck out like George Lucas when your puke is turning to yellowish-orange mucus"

Eminem récidive dans 365 en se comparant à George Lucas lorsqu'il est tellement défoncé que son vomi s'avère d'une couleur hostile, supposant sans doute qu'il faut être dans ce genre d'état pour créer l'univers de Star Wars, sans parler du jeu de mot sur « space out ».

 

MENTION SPECIALE

Enfin, mention spéciale pour ceux qui ont fait des clins d'oeil ou repris des titres de film pour leur morceau comme Star Wars (Nas) ou plus récemment Le Retour du vrai bail (Nekfeu & Alpha Wann).

Et forcément, l'hommage le plus évident niveau rap français :

IAM – L'empire Du Côté Obscur

 

En espérant que la nouvelle trilogie engendre autant de rimes, aussi amusantes, originales, décalées, improbables, mais toujours variées.

 

 


Crédit photo : Justin Lane / EPA / MaxPPP

 

+ de Star Wars sur Mouv'

Par Yérim Sar / le 16 décembre 2015

Commentaires