Snoopy niche dans les salles de ciné

Par Augustin Arrivé / le 19 mars 2014
Snoopy niche dans les salles de ciné
Le chien beagle le plus célèbre de la BD et son maître Charlie Brown vont prolonger leurs aphorismes au cinéma. On a le temps de les voir venir : ce sera pour l'automne 2015. Le premier teaser est mignon tout plein.

 

Il est de retour. Ils sont de retour, plutôt. Les Peanuts de Charlie Schulz, les mômes facétieux (Charlie Brown, Lucy, Linus...) et le chien Snoopy, s'apprêtent à réapparaître au cinéma. Le comic-strip, paru dans le monde entier dans les pages de plus de 2.600 journaux différents, s'est achevé brutalement en 2000, à la mort de son auteur. Comme pour Tintin, les personnages ne seront jamais repris en bande dessinée. Au ciné, en revanche, c'est une autre histoire. Et elle s'annonce plutôt réussie :

 

Peanuts, de Steve Martino © 20th Century Fox

 

Le crâne de Charlie Brown détourné façon 2001, l'odyssée de l'espace, et un clébard sautillant et léchouillant qui lui tombe dans les bras. C'est mignon comme tout. Le long-métrage, prévu pour l'automne 2015 (juste avant Star Wars), sera réalisé par Steve Martino (à qui on doit l'injustement oublié Horton l'éléphant). Et le scénario reste en famille, signé Craig et Bryan Schulz, les rejetons du papa. Ce ne sera pas la première incursion du célèbre chien sur grand écran (il y eut Snoopy Come Home en 1972). Mais cette fois, pas de comédie musicale et place à une 3D contemporaine.

Jusqu'au bout, jusqu'à ce cancer qui lui a oté la vue, Charles a dessiné Peanuts. "J'annonce ma retraite", écrivit-il dans un dernier dessin publié le lendemain de sa mort. Sur le visuel, c'est Snoopy qui écrivait cette lettre. Snoopy va renaître, Schulz ne sera pas là pour le voir gambader.

 

Connaissez-vous This Charming Charlie, le tumblr à base de Peanuts ? Cliquez ici.

Et pour toute l'actu de la bande dessinée, c'est par là.

 


 

Illustration de couverture : images officielles de Peanuts, de Steve Martino © 20th Century Fox

 

Par Augustin Arrivé / le 19 mars 2014

Commentaires